La 6ème édition des Mines Noires de Noeux les Mines

La 6ème édition des Mines Noires de Noeux les Mines

Whooz : Les Mines Noires 2020
ON : Noeux-les-Mines

Vents nouveaux

Chronique signée Doc

8 février 2015. C'était hier. Le premier Salon de Noeux-les-Mines ouvrait ses portes et devenait une référence pour ceux qui l'avait vécu – et par extension, d'une manière générale. 9 février 2020, avec une passion qui s'est renouvelée au fil des ans les Mines Noires font aujourd'hui la passe de 6. Coup de vent sur la 6ème édition du Salon de Noeux-les-Mines.

Galerie exclusive. Attention cette galerie contient les portraits de : Magali Vanhoutte, Christophe Piteux, David Coulon, Henri Loevenbruck, Gaylord Kemp, Frank Leduc, Jérôme Loubry, Mo Malo, Vincent Hauuy, Arnaud Codeville, Tony Perraut, Michaël Mention, Jean-Christophe Tixier et Ivan Zinberg.

« Coup de vent », donc, car c'est avec une certaine appréhension que nous avons vécu la 6ème édition des Mines Noires. La faute à la tempête Ciara (avec un « C » comme « Charlène »). Des vents prévus pour décorner des bœufs, certes en soirée, mais la journée nous en a laissé goûter les prémices. Il était conseillé d'être prudent sur la route à partir de 15h ! C'est donc à 15h que nous avons salué une dernière fois l'espace Georges Brassens de Noeux. Son équipe organisatrice formidable (citons l'équipe de l'Office Noeuxois de la Culture et la Librairie La Ruche aux Livres 2 Caroline de Wavrin), et ses auteurs. Avant cela, notre mission, possible, si toutefois nous l'acceptions, était, liste à la main, d'aller à la rencontre d'une 10ène d'auteurs. Entre autre, ceux que l'on peut considérer comme « Le Vent Nouveau » du Polar français.

Désiré Thilliez. En 2015, sortant du Salon, un lecteur nous avait demandé à LW et moi : « Mais il est où Franck Thilliez ? ». Artésien, connaissant l'attachement de ce dernier à rencontrer son public, l'auteur ne pouvait que figurer au casting du premier Salon de Noeux ! Non, Franck Thilliez ne figurait pas parmi les auteurs invités au premier rendez-vous Noeuxois. Ni aux rencontres qui suivirent, d'ailleurs. « On l'appelle Désiré ». Citons ici les propos de la responsable de l'Office Culturel Noeuxois – On comprend pourquoi ! Bon avouons le « Désiré Thilliez », ça le fait moins que « Franck Thilliez » ! Bonjour « Caro » de « La Ruche aux Livres 2 Caroline », avez-vous reçu le dernier « Désiré Thilliez » ? « Je suis fan de Désiré Thilliez l'auteur de « New Romance » (ah, les merveilleuses aventures new romantiques de Sharko et d'Henebelle !). Hum, je reprendrai bien un cupcake ! »). Je suis certain que ce « Désiré Thilliez » arriverait tout de même à nous pondre des livres roses sombres ! Bref, Franck Thilliez était le parrain de la 6ème édition des Mines Noires, un parrain attendu depuis longtemps. Et puis c'est tout ! Un parrain qui a largement contribué au succès du 6ème rendez-vous Noeuxois. On vient aux Mines Noires pour Franck et on découvre d'autres auteurs. En premier lieu Henri Loevenbruck, parrain de l'édition précédente et lauréat du prix des Mines Noires 2020 ou encore Mo Malo, auteur qui venait presque du froid et lauréat, lui, du prix Découverte du Salon de Noeux-les-Mines 2020.

Rencontres furtives. Une petite matinée demande a être sélectif au niveau des rencontres. C'est ainsi. Sachant que les parisiens arrivent à 11h30 et que les auteurs grailleront vers 12h30 ! Mais de 10 à 11h30 il y a largement de quoi faire. Prendre plaisir à saluer Magali Vanhoutte, par exemple. Son actu c'est « Qui a tué Jane Mas ? » un polar psychologique et musical nous a-t-elle confié (vu son titre un thriller « en rouge et noir », peut-on supposer !). A découvrir en tout cas. Saluer également Christophe Piteux, l'auteur local par excellence. A Noeux, son Salon de cœur (celui qui lui a permis de présenter « Montagne de sang » (Fleur Sauvage, 2016)), il est chez lui. Christophe revient aujourd'hui aux Mines avec un troisième opus : De Profundis (Les Mots qui trottent). Exit le mythe du vampire, l'auteur exploite aujourd'hui le mythe des sorcières. Last but not least, saluer Mo Malo. « Qaanaaq » et « Disko », ses polars qui venaient du froid seront rejoints au mois d'avril prochain par « Nuuk », une nouvelle enquête de Qaanaaq Adriensen.

P* de bouquins. Excusez la trivialité de l'expression. Comment designer « Trouble passager » (French Pulp, 2019) et « Bienvenue à Cotton's Warwick » (Ombres noires, 2016) les opus respectifs de David Coulon et de Michaël Mention ? Dites-moi, et je corrigerai ! Deux chocs respectifs. Ces auteurs étaient à saluer au Salon afin de leur dire de vive voix tout le bien que nous pensons de leurs opus (remarquez qu'ils avaient eu connaissance des éloges que nous leur avons élevées par nos billets respectifs sur leurs œuvres sus nommés) mais également de prendre de leurs nouvelles. L'actu de David Coulon c'est « Désincarné » un recueil de Nouvelles édité dans la collection « Rivière Blanche – Noire », collection de référence des éditions Black Coast Press. Je le veux, je le veux, je le veux. L'actu de Michaël Mention c'est «De mort lente», un livre à sortir en avril prochain aux éditions Stéphane Marsan. On a hâte.

Premiers contacts. Le vent nouveau du polar français, c'est (notamment) eux – Ils étaient au Salon de Noeux-les-Mines. Franck Leduc, Jérôme Loubry, Vincent Hauuy, Tony Perraut, Jean-Christophe Tixier et Ivan Zinberg. L'actu de ce dernier c'est « Matière noire » (Cosmopolis) un ouvrage dont la blogosphère dit qu'il est détonnant, « je n'ai aucun retour négatif sur mon bouquin » nous a confié Ivan Zinberg – Nous le croyons tant nous avons confiance dans le talent de l'auteur d’ « Etoile morte» (Editions Critic, 2015) et dans les éditions Cosmopolis, la structure qui l'édite. Pour rappel, l'ouvrage retenu dans notre Best of de l'année 2019 par François C n'était autre que « Vindicta » de Cédric Sire. Ouvrage paru aux éditions « Métropolis », devenues par la suite « Cosmopolis ».

Des regrets. Nous n'avons pas eu le temps de jouer la découverte des autres auteurs (par contre vous pouvez les retrouver dans notre galerie photo). Nous avons également le regret de ne pas avoir eu le temps de saluer Sophie Loubière autrice dont « Cinq cartes brûlées », le dernier opus, a séduit Bruno Delaroque. Voilà ce que c'est de faire un salon « en coup de vent ». La faute à la météo, vous l'avez compris.

Pour aller plus loin sur WHOOZONE.COM

Trouble passager de David Coulon

Bienvenue à Cotton's Warwick de Michaël Mention

Vindicta de Cédric Sire

Cinq cartes brûlées de Sophie Loubière vu par Bruno Delaroque

 

Pour aller plus loin

.

06/03/2020
Retour
Commentaires
You must be logged in to post a comment

Derniers Articles

Tokyo de Louis Arlette
Whooz : Louis Arlette ON : Tokyo (Des Ruines et des Poèmes - Le Bruit Blanc,...
Keep On Rollin de Fatbabs
Whooz : Fatbabs ON : Holiday - Big Scoop Records, 2019 Keep On Rollin Nel extrait...
Pélican by Equateur
Whooz : Equateur ON : Pélican - Tie Break Records, 2019 Voyage...
Voir toute l'actualité des personnalités
publicité

Toutes les images contenues sur ce site sont la propriété de Whoozone. Reproduction Partielle ou Totale est interdite sauf Accord écrit.

Mentions Légales - Politique Vie Privée - Gestion des Cookies