Il était deux fois de Franck Thilliez

Il était deux fois de Franck Thilliez

Whooz : Franck Thilliez
ON : Il était deux fois – FleuveNoir, 2020

Il était deux fois de Franck Thilliez

Chronique de Bruno Delaroque

Je pensais avoir « presque » tout lu, tout vu avec Franck Thilliez et ses dix-huit romans publiés très régulièrement au rythme d'un par an, avec ses scénarios parfaitement huilés, crimes sordides, et vérités scientifiques. « Il était deux fois » sa dix-neuvième fiction attire l'oeil immédiatement avec sa superbe couverture « auto-reverse » si je puis dire.

On se dit que le mystère sera double, ambigu évidemment, comme un reflet dans un miroir ; fidèle et différent, blanc ou noir, bref n'en doutons pas un seul instant, « Le Maître » est de retour et plus que jamais en forme.

Dès la troisième ligne de ce nouveau récit, le premier palindrome apparaît avec « Sagas », la ville ou tout commence, tout débute. Gabriel Moscato est un lieutenant de gendarmerie dont la fille Julie, dix-sept ans, a subitement disparu en 2008, du jour au lendemain, au cœur de ce village de montagne.

L'atmosphère est saisissante et pesante pour ces premières scènes se passant à l'hôtel de la Falaise et complètement déroutante aussi ; une espèce de quatrième dimension version Thilliez . Un mystère total et un sujet abordé des plus intéressants.

Je ne vous en dis pas plus pour ne pas gâcher votre plaisir de lecture.

Alors qu'en pleine nuit il pleut des oiseaux morts façon Alfred Hitchcok, la mise en place de ce nouvel opus est diabolique, machiavélique, démoniaque et particulièrement incroyable. Je vous assure, je n'en fait pas trop, je me suis demandé comment c'était possible et comment Franck Thilliez allait pouvoir expliquer cela ? Juste une petite recherche sur internet, et effectivement, ce qu'il met noir sur blanc existe, et constitue un formidable point de départ pour cette nouvelle enquête.

Alors, je vous fais saliver là ?

Sachez que vous n'en êtes qu'au début de vos surprises. Entre clins d'oeil à quelques comparses comme Bernard minier ou les Camhug, j'ai particulièrement ressenti le plaisir qu'a dû prendre l'auteur pour écrire son histoire, un peu comme dans « Le Manuscrit Inachevé » (FleuveNoir 2018). Brouiller les pistes et raconter de formidables anecdotes, on sait qu'il sait faire, mais il semble bien que depuis deux ou trois romans, il se délecte par avance des bons tours et bonnes idées qu'il glisse au creux de ces pages comme pour mieux nous surprendre encore.

Virtuose dans la montée de l'intrigue et du suspense, il souligne comme dans « LUCA » (FleuveNoir 2019), l'évolution fulgurante des technologies sur un très court laps de temps. Une douzaine d'années ici suffit pour nous faire réaliser que tout a changé, qu' hier est déjà loin et que cela fait de plus en plus peur.

Affronter le passé quand un pan entier de la mémoire a disparu, c'est froid, glaçant, une espèce d'Alzheimer « conscient », comme un gouffre béant, ouvert sur des illusions perdues. Mais retrouver Julie s'avérera des plus difficiles et des plus pénibles. On y affronte la douleur des proches qui se heurtent à des murs et à des interrogations restées sans réponse. « Nous n'avons aucune réponse. Ceux qui prennent nos enfants sont les fossoyeurs de nos existences » Peut-on lire p 249. Terrible phrase résumant toute absence de piste, de résultat, l'impasse !

Une disparition non résolue, ce sont des doutes, des couples qui explosent, des amitiés qui se transforment en haine, des errances d'âmes et des actes de violence. Gabriel, Paul, Corinne, Louise sont les acteurs et victimes de ce tourbillon puissant qui va les malmener.

De lieux sordides en passant par les notables respectables, Franck Thilliez nous emmène dans une magistrale histoire au confins de la raison et du sordide. Boosté par sa grande expérience et toute la puissance de son œuvre derrière lui, l'auteur fait plus que nous séduire avec ce dix-neuvième roman. Il déroule, il régale, et nous offre une jubilation proche de l'orgasme dans le dernier tiers de cette histoire inclassable.

Entre fuite en avant et passerelles avec un de ces précédents livres, l'auteur bâtit une intrigue hallucinante à partir d'une « simple » disparition. Il maîtrise parfaitement sens du rythme avec des chapitres courts, des révélations, des montées d'adrénaline, et une écriture toujours fluide. Il nous  montre les blessures physiques et morales de ses personnages principaux comme jamais et ne les laissent jamais souffler, bien au contraire.

Ce roman se dévore rapidement et peut se lire seul bien entendu puisque c'est un one shot comme on dit.

J'ai franchement prit un pied monstrueux en découvrant toute les ficelles d' « Il était deux fois ». A la fois magicien, malicieux et conteur hors pair, c'est un très très grand Franck Thilliez  que nous avons là, un concentré de ce qu'il sait faire de mieux avec une noirceur contrôlée et distillée à bon escient. Au bout des 528 pages, vous aurez de sacrés réponses, peut-être même certaines que l'on ne soupçonnait même pas. 

BRAVO et MERCI à Frank Thilliez et aux éditions Fleuve pour cette gourmandise et cet immense plaisir d'après confinement!

 

Pour aller plus loin sur WHOOZONE.COM

LUCA vu par Bruno Delaroque

 

Pour aller plus loin

.

10/06/2020
Retour
Commentaires
Vous devez être connecté pour déposer un commentaire

Derniers Articles

La Bonne Aventure Festival - Dates de Report
Whooz : La Bonne Aventure Festival ON : Dunkerque Focus sur la...
Je ne touche plus by Boule
Whooz : Boule ON : Je ne touche plus Confiné/Déconfiné Je ne...
Feuille de route de Morgane et Jeff
Whooz : Morgane & Jeff ON : Feuille de route (on « Atlas...
Voir toute l'actualité des personnalités
publicité

Toutes les images contenues sur ce site sont la propriété de Whoozone. Reproduction Partielle ou Totale est interdite sauf Accord écrit.

Mentions Légales - Politique Vie Privée - Gestion des Cookies