Ce qu’il faut de nuit de Laurent Petitmangin

Ce qu’il faut de nuit de Laurent Petitmangin

Whooz : Laurent Petitmangin
ON : Ce qu’il faut de nuit – La Manufacture de Livres, 2020

Ce qu’il faut de nuit
de Laurent Petitmangin

Chronique de Bruno Delaroque

Ce premier roman de Laurent Petitmangin est une superbe réussite. Noir, sociétal, sans trop d'espoir mais avec beaucoup d'humanité et de tendresse finalement, l'auteur retrace la vie d'un père et de ses deux fils frappés de plein fouet par la disparition de la mère emportée par un cancer.

Ce livre est fait de luttes et d'abysses. La lutte du combat politique, celui de la fin d'une gauche dont la base militante pure a été abandonnée. Vision sans concession d'une famille de gauche qui rêve de promotion sociale pour ses enfants par l'éducation, et dont l'un d'eux va glisser vers les extrêmes.

Histoire du bonheur pourtant sur de bons rails (ben oui on parle de cheminots dans ce bouquin) et d'une lignée qui va vaciller petit à petit et sur trois ans lorsque la mère va perdre son long combat. Plus de joie, la maladie comme chronomètre de la vie et métronome d'une catastrophe larvée.

Fus le fils footballeur, Gillou le petit frère et puis le Père, c'est leur histoire. Poignant, ce scénario court de 192 pages n'est pas sans rappeler les grands romans noirs de RJ Ellory. C'est incisif, rapide, plein de sous-entendus et de non-dit, ce qui rend le récit touchant et diablement attachant. Un vrai roman noir où on devine, où l'on sent que les événements vont s'enchaîner défavorablement sans que l'on puisse y faire grand-chose.

Véritable radiographie d'une fin d'époque avec l'effondrement de certaines valeurs et l'avènement de la rivalité Le Pen/Macron. On y parle de service public, et de la transmission des valeurs, mais aussi de la perte de valeurs et de la faute à pas de chance. Une vie peut basculer en un instant suite à une bonne ou une mauvaise rencontre comme Calogéro l'a fort bien chanté dans « Un jour au mauvais endroit » (2014), c'est de cela dont on parle ici.

Avec force par moment grâce à une écriture vivante, en finesse, grâce aux suggestions, ce titre de Laurent Petitmangin vous remuera certainement et vous n'en sortirez pas indemne. Que de douleurs et de noirceurs remplissent ces pages ! Beaucoup d'amitié, celle des potes du boulot, l'entraide et la solidarité de ces petites gens qui ont lutté toute leur vie, le naufrage d'une société et d'une éducation, la panne de l'ascenseur social, et ce putain de cancer qui vient pourrir et déstabiliser de nombreuses familles. Et puis le militantisme de terrain, des extrêmes, gauche comme droite, celui des colleurs d'affiche et des bastons pour une idéologie ou un morceau de mur où l'on veut d'abord voir ses affiches.

Rédemption ; peut-être, mauvaise graine ; pas sûr, déni, fuite en avant ; certainement. Ce bouquin irrespirable par moment est un uppercut de sentiments et de maux. Bien dans l'ère du temps, cette fiction est merveilleusement écrite pour une première œuvre et j'en ressors tout tourneboulé avec une petite larme. Un grand roman noir et un auteur à lire et à découvrir d'urgence ! Retenez bien ce nom : Laurent Petitmangin.

 

Pour aller plus loin sur WHOOZONE.COM

 

Pour aller plus loin

 

.

20/08/2020
Retour
Commentaires
Vous devez être connecté pour déposer un commentaire

Derniers Articles

I Feel Fat de Laughing Seabird
Whooz : Laughing Seabird ON : I Feel Fat (The Transformation Place -...
Focus sur le 6ème Salon du Polar de Dainville
Whooz : Salon du Polar ON : Dainville Focus sur l'édition...
Trees In My Head de Salah Khaïli
Whooz : Salah Khaïli ON : Trees In My Head - (Rock Da House...
Voir toute l'actualité des personnalités
publicité

Toutes les images contenues sur ce site sont la propriété de Whoozone. Reproduction Partielle ou Totale est interdite sauf Accord écrit.

Mentions Légales - Politique Vie Privée - Gestion des Cookies