L’appel du néant de Maxime Chattam

L’appel du néant de Maxime Chattam

Whooz : Maxime Chattam
ON : L’appel du néant – Albin Michel, 2017 - Pocket, 2018

L’appel du néant de Maxime Chattam

Chronique de Bruno Delaroque

Pour tout vous dire j'ai failli passer à côté de ce roman de Maxime Chattam, et quand je dis à coté, c'est dans les deux sens. Mon dernier Chattam, La Patience du Diable (Albin Michel 2014) m'avait déçu tout d'abord, et dans le cas présent comme je venais de lire plusieurs excellents ouvrages, j'hésitais « à me faire » cet « Appel du Néant ».

Dans ce titre de la fin d'année 2017, j'ai été heureux de retrouver Ludivine Vancker, la jolie blonde gendarmette et son équipe performante d'enquêteurs. Le roman commence très fort avec une Ludivine en très grosse difficulté et l'histoire d'un mec déposé sur une voie de chemin de fer et déchiqueté par le passage de la motrice, des paquets de drogues disséminés autour !

Et puis pendant un long moment, j'ai eu du mal à comprendre où l'auteur voulait en venir. J'avais l'impression qu'il tournait en rond, qu'il hésitait et j'ai même commencé à me lasser, à ralentir ma lecture et à ne plus lire que 30 pages à chaque fois que je reprenais le livre.

J'ai insisté et j'ai fini par ne plus lâcher et découvrir une œuvre somme toute assez profonde. On comprend mieux ce qu'à voulu exprimer l'auteur après avoir terminé le bouquin (c'est une Lapalissade je sais), mais aussi avec la lecture du petit mot que nous laisse l'auteur en postface.

Cet opus a été entièrement remanié, écrit à différentes époques, et Maxime a du faire un travail de titan pour changer son récit, sa façon de voir les choses, expliquer et inventer une réalité plus fictive que réelle.

Alors, ok, oui, il y a une enquête des plus classique avec un meurtre, peut-être, un trafic de came, certainement, mais pour bâtir son scénario et brouiller les pistes, il utilise une multitude d'écrans de fumée, quitte à un peu décourager son lecteur. C'est ce qui m'est arrivé.

Mais au-delà, de cela, l'auteur nous livre une version édifiante des forces obscures en œuvre sur notre territoire. Une version terrifiante de la nébuleuse terroriste et de l'Islam tentaculaire, pisté de près par des fonctionnaires de la DGSI avec de gros moyens matériels et pourtant un cruel déficit en hommes. Ils parent souvent au plus urgent !

Ce scénario est comme un Anaconda qui resserre peu à peu ses anneaux pour étouffer sa victime. Le rythme est lent pendant un bon moment, une espèce de train train, avant de s'accélère de façon assez stupéfiante.

Entre deux l'auteur prend le temps de démontrer le mécanisme d'endoctrinement, le cloisonnement des réseaux, et d'expliquer une mécanique dignes des meilleurs services secrets de renseignements du monde comme les israéliens. Il prend le temps de décortiquer les raisons de l'effondrement de notre société moderne, et tente de nous soumettre le point de vue de ces fous d'Allah. Voir les choses de l'autre côté du miroir est quelque chose qui a rarement été fait et ce roman apporte un œil neuf sur certaines questions.

La deuxième partie du roman avec une traque sans fin et peu ordinaire est beaucoup plus dans les standards que l'on attend de la part d'un écrivain comme Maxime Chattam. Il arrive à nous surprendre à la fin après nous avoir endormis pendant un moment. Un peu comme les cellules dormantes terroristes qui savent se faire oublier pour mieux venir sacrifier « les mécréants » que nous sommes sur l'autel d'une religion floue bien pratique pour justifier l'injustifiable.

Chattam me réconcilie avec son art et décrypte pour nous sa vision de la lutte contre le terrorisme. C'est propre, original, bien fait et sans voyeurisme aucun. Entre pudeur et volonté d'expliquer, il livre un roman particulier dans sa conception où le cœur du sujet ne se dévoilera pas tout de suite.

D'une déception toute relative au début, je suis passé à un bel enthousiasme en terminant cette « Appel du néant ». Connaissant toute la difficulté d'écriture sur des sujets sensibles, je ne peux finalement que m'incliner et applaudir.


Maxime Chattam sur WHOOZONE.COM


Pour aller plus loin

https://www.albin-michel.fr/ouvrages/lappel-du-neant




.

23/11/2020
Retour
Commentaires
Vous devez être connecté pour déposer un commentaire

Derniers Articles

To Love Somebody de Beyries
Whooz : Beyries ON : Encounter – Bonsound Aimer ... To Love Somebody de Beyries ...
Bateau d'Amoranno
Whooz : Amoranno ON : Bateau - Balandras Editions/Testicules Records Haute mère !...
Première ligne de Kerredine Soltani
Whooz : Kerredine Soltani ON : Première ligne (Disponible en...
Voir toute l'actualité des personnalités
publicité

Toutes les images contenues sur ce site sont la propriété de Whoozone. Reproduction Partielle ou Totale est interdite sauf Accord écrit.

Mentions Légales - Politique Vie Privée - Gestion des Cookies