Hommage à Robert Hossein

Hommage à Robert Hossein

Whooz : Robert Hossein
ON : 1927 - 2020

Décès d'un chantre
du Théâtre populaire


Hommage à Robert Hossein

Légende photo : Robert Hossein au festival 2 Valenciennes le 16 mars 2016 lors de la cérémonie d'ouverture de la compétition fiction

Né Abraham Hosseinoff d'un père iranien et d'une mère russe orthodoxe, Robert Hossein s'est, jeune, destiné à l'art dramatique. Le cinéma le rendit célèbre en tant que comédien et réalisateur, l'artiste était également l'un des chantres du Théâtre populaire.

Du Comte de Peyrac …

La France des années 60 découvrit Robert Hossein dans le rôle du ténébreux et balafré Joffrey de Peyrac. L'acteur donne alors la réplique à Michèle Mercier dans « Angélique, marquise des anges » (Bernard Borderie, 1964). L'homme est un familier des plateaux de Cinéma depuis les années 50, d'abord en tant qu'acteur (il donne notamment la réplique à Brigitte Bardot dans « Du rififi chez les hommes » de Jules Dassin en 1955), puis en tant que réalisateur (« Les salauds vont en enfer » (1955), une adaptation de San Antonio, est son premier film).

… Au Théâtre populaire de Reims.

C'est en 1970 que Robert Hossein choisi la voie du Théâtre en partant diriger la scène publique de Reins. Il fonde alors le « Théâtre Populaire » en ayant pour idée directrice : « Du théâtre comme vous n’en voyez qu’au cinéma ». Pêle-mêle, Anémone (« La Prison » d’après Simenon), Isabelle Hupert (« Pour qui sonne le glas » d’après Hemingway), Jacques Villeret (« Les Fourberies de Scapin » de Molière) ou Isabelle Adjani (« La Maison de Bernarda » de Lorca) seront dirigés par le metteur en scène.

Le metteur en scène de la démesure

« La Prodigieuse Aventure du Cuirassé Potemkine » au Palais des sports de Paris sera, en 1975, selon sa propre expression, son premier « grand spectacle ». Robert Hossein quitte Reims en 1976 et fonde sa propre compagnie. Désormais, le maître s'attaquera à des spectacles gigantesques. Citons : « L’Affaire du courrier de Lyon » au Palais des sports (1987), « Cyrano de Bergerac » (1990) où il dirige Jean-Paul Belmondo ou encore « Je m’appelais Marie-Antoinette », au Palais des sports (1993). « Ben Hur » au stade de France en 2004 et sa course de chars sera le dernier spectacle démesuré du metteur en scène.

La volonté de parler au cœur plutôt qu'à la raison

Les années 2000 le verront directeur artistique du Théâtre Marigny qui, rénové, deviendra le « Marigny-Robert Hossein ». Isabelle Adjani dans « La Dame aux camélias » mis en scène par Alfredo Arias rouvrira l'illustre scène parisienne. Avec la volonté de parler au cœur de ses spectateurs plutôt qu'à leurs raisons, leitmotiv de sa vie de créateur, Robert Hossein y dirigera notamment Jean-Paul Belmondo dans « Kean », d’après Dumas et dans « Cyrano de Bergerac » de Rostand en 1987 et en 1990. Robert Hossein quittera la direction du « Marigny » en 2008.

Robert Hossein est décédé le jeudi 31 décembre 2020 des suites de problèmes respiratoires quelques jours après avoir fêté son 93ème anniversaire.


Pour aller plus loin sur WHOOZONE.COM

Robert Hossein au Festival 2 Valenciennes

Angélique marquise des anges (version Ariel Zeitoun)



Pour aller plus loin


.

05/01/2021
Retour
Commentaires
Vous devez être connecté pour déposer un commentaire

Derniers Articles

Jef by Rallye
Whooz : Rallye ON : Jef Jef by Rallye Après avoir été...
Dancing On The Moon by June and the Jones
Whooz : June and the Jones ON : Dancing On The Moon (extrait de...
Les contes de Papy Jimmy en audiobook
Whooz : Jean-Marc Demetz ON : Les contes de Papy Jimmy en audiobook ...
Voir toute l'actualité des personnalités
publicité

Toutes les images contenues sur ce site sont la propriété de Whoozone. Reproduction Partielle ou Totale est interdite sauf Accord écrit.

Mentions Légales - Politique Vie Privée - Gestion des Cookies