La chasse de Bernard Minier

La chasse de Bernard Minier

Whooz : Bernard Minier
ON : La chasse – XO éditions, 2021

La chasse de Bernard Minier

Chronique de Bruno Delaroque

Ah Bernard Minier !!!!! « Moitié homme, moitié robot… » Quoi, ça ne vous dit rien ? C'est bien de mon voisin natif d'Hénin Beaumont que l'on parle ? L’ex-vedette du club Dorothée, non, c'est pas lui, je pensais qu'il était devenu écrivain !

Bon, trêve de plaisanterie, je n'ai pas pu m'en empêcher, que voulez-vous ! Bernard Minier, puisque c'est de lui qu'il s'agit et non de Bernard Minet, publie chez XO son neuvième roman, déjà ! Son titre : « La chasse ».

Tout avait commencé avec « Glacé » (2012), une formidable histoire qui m'avait scotché pour un premier thriller avec la première apparition de Martin Servaz, une réussite de très haut vol. Puis en 2014, « Le Cercle », moins surprenant m'avait à moitié convaincu. Ayant de plus une PAL pléthorique, j'avais décroché de cet auteur qui n'avait pas été servi par l'adaptation TV de « Glacé », que M6 avait trop modifiée et ratée pour moi, à mille lieues de la magie du livre, dommage ! D'ailleurs avec des audiences en baisse et pas de suite près de cinq ans après, je ne suis visiblement pas le seul à l'avoir pensé.

J'ai pourtant continué à acheter cet auteur, et on m'en a offert (excellente idée) comme ce dernier « La Chasse » dont je vais vous parler ici.

Dès le départ, on se retrouve en pleine nuit, en pleine forêt avec une chasse dont le gibier est un homme accoutré avec un masque à la tête de cerf. Imaginez l’individu au volant de sa voiture la nuit, découvrant le tableau emprisonné dans le faisceau de ses phares ! Inquiétant à souhait, c'est un début tonitruant, même si j'ai eu l'impression de me retrouver chez JC Grangé ou dans une série allemande avec Nora Von Waldstätten (« Meurtres en Eaux troubles ») qui avait déjà traité le sujet.

Toujours est-il que je suis content de retrouver le Commandant Martin Servaz et ses collaborateurs Samira Cheung et Vincent Espérandieu dans un roman bien ancré dans notre réalité et notre époque avec ses remarques désabusées sur le port du masque muselière, et des forces de police de moins en moins respectées par tous ; public et chaîne judiciaire comprise !

En cinquante pages Bernard Minier accroche son lecteur et accélère soudainement. C'est très pro et on n'a qu'une envie ; celle de découvrir la suite qu'il nous réserve. Bien plus que dans les deux premiers opus que j'ai lu, cette « Chasse » est très proche de la réalité. L'évolution est flagrante avec des personnages et des faits ancrés dans le réel, un peu comme l’avait fait Olivier Norek avec sa trilogie Coste, finalement à peine romancée.

Avec ce titre Bernard Minier s'alarme de l'état de la France en 2020. Plus de communautarisme, plus d'intégrisme, plus de racisme de toutes sortes ; une France malade de multiples maux où tout n’est que clivages, bagarres et oppositions. Justice en berne et rendant très peu la justice, pas étonnant que cela dégénère ! France terre d'accueil et d’asile…terre de rancœurs et de frictions plutôt !

Ces sentiments vont croissants au fur et à mesure que l'enquête avance et que Servaz entrouvre des portes. La pandémie, puis le confinement annoncé par Jupiter 1er à la téloche viennent aggraver ces malaises profonds.

Servaz est un flic futé et l'auteur philosophe beaucoup dans ce neuvième opus à travers son personnage principal. Certains lui reprocheront, d'autres applaudiront, je dirais simplement que ce livre est bien plus que la fiction qu'il est censée être.

C'est un réquisitoire sans concession sur un pays qui s'est laisser bouffer et étouffer de tous les côtés, Servaz le sait, nous le savons et Bernard Minier l'écrit noir sur blanc. Mais que faire pour réagir ? Doit-on franchir la ligne blanche et s'affranchir des règles ?

Avant de pouvoir chasser de votre esprit cette histoire peu banale, vous vous poserez plein de questions. Ce roman fait réfléchir et se dévore. C’est une fiction, ne l'oubliez pas, mais les références à la situation actuelle sont tellement nombreuses, crédibles et bien faites que ça en devient passionnant.

Ce texte est le reflet d’une période particulière, celle des deux dernières années écoulées et on sent bien que derrière l'humanité d'un Martin Servaz, gardien du temple et des lois de La république, les digues sont fissurées et ne sont pas loin de rompre. Politiquement incorrect par moment, mais plein de justesse, cette fine analyse est tout simplement bluffante d’autant plus qu’elle émane d’un ancien contrôleur des Douanes !

Je ne pensais pas lire un roman aussi profond et retrouver l'auteur à un tel niveau. J'ai bien fait de patienter pour ce coup de cœur évident malgré mes réticences du début. Bravo Mr Minier


Bernard Minier sur WHOOZONE.COM

Notre interview "découverte"

Glacé
(Chronique d'Anne Dmr)

 

Pour aller plus loin



.

10/08/2021
Retour
Commentaires
Vous devez être connecté pour déposer un commentaire

Derniers Articles

To Love Somebody de Beyries
Whooz : Beyries ON : Encounter – Bonsound Aimer ... To Love Somebody de Beyries ...
Bateau d'Amoranno
Whooz : Amoranno ON : Bateau - Balandras Editions/Testicules Records Haute mère !...
Première ligne de Kerredine Soltani
Whooz : Kerredine Soltani ON : Première ligne (Disponible en...
Voir toute l'actualité des personnalités
publicité

Toutes les images contenues sur ce site sont la propriété de Whoozone. Reproduction Partielle ou Totale est interdite sauf Accord écrit.

Mentions Légales - Politique Vie Privée - Gestion des Cookies