Les muselés d'Aro Sainz de La Maza

Les muselés d'Aro Sainz de La Maza

Whooz : Aro Sainz de La Maza
ON : Les muselés – acte Sud, 2016

Les muselés
d'Aro Sainz de La Maza


Chronique de Bruno Delaroque

Ce second roman d'Aro Sainz de La Maza qui a pour titre « Les Muselés » est très différent du premier « Le Bourreau de Gaudi » (Actes Sud, 2016) qui était pour moi un coup de cœur, une réelle surprise, avec une histoire haletante du début à la fin dans une Barcelone écrasée de chaleur.

« Les Muselés » est difficilement comparable. On retrouve bien sûr Milo Malart notre enquêteur, électron libre et insaisissable, en proie à ses démons personnels et familiaux, et les autres personnages du premier roman, mais tout est méconnaissable. D'abord on se trouve en plein hiver, le rythme est lent, et on dirait que notre auteur a du mal à quitter son précédent roman avec de nombreuses allusions.

Plus roman noir sociétal que vrai récit policier, ce deuxième opus est pour Aro Sainz, l'occasion de montrer l'Espagne des années 2010-12, une Espagne en crise, celle des laissés pour compte et des gens broyés par le système dans tous les sens du terme.

Pour le récit, le véritable point de départ est le cadavre d'une jeune fille apparemment bien sous tous rapport, retrouvée étranglée dans un parc sur les hauteurs de Barcelone. L'enquête se complique quand on retrouve également des chiens empalés sur des pieux dans les parcs de belle ville.

Milo Malart vit avec comme une épée de Damoclès au-dessus de sa tête, et on peut établir un parallèle entre sa schizophrénie latente et celle qui gangrène la société espagnole. L'ambiance est lourde dans toutes les têtes et toutes les couches de la société. Politiciens corrompus, ce qui est presque un euphémisme de nos jours, et peuple croulant sous la dette, et perdant toit, dignité et pratiquement droit d'exister. Ces muselés, asphyxiés, condamnés et saignés à blanc par le système, ne survivent que grâce à un peu d'humanité, d'empathie et de système D.

Opposition de style entre Milo et Rebeca, comme dans le premier opus, l'auteur prend le temps de développer la psychologie de ses personnages, de montrer leurs failles, leurs faiblesses, leurs défauts et qualités. On est de plus en plus dans le roman noir au fur et à mesure que l'on s'enfonce dans ce récit au rythme nonchalant. Barcelone envahie par ses manifestation et noyée par le froid et l'humidité est aux antipodes de la Barcelone étincelante et étouffante de Gaudi.

Finalement de déçu au début, je suis passé à un autre jugement, un autre regard en avançant dans ma lecture. Ce livre est bien plus séduisant qu'il n'y paraît au premier abord. Il faut pour cela saisir le message de l’auteur, et ma foi, j'aurais pu passer facilement à coté en me concentrant uniquement sur le côté policier.


Aro Sainz De La Maza sur WHOOZONE.COM
Chroniques de Bruno delaroque


Le Bourreau de Gaudi

Les Muselés

Docile


Pour aller plus loin

https://www.actes-sud.fr/node/56683




.

22/10/2021
Retour
Commentaires
You must be logged in to post a comment

Derniers Articles

Je m'en vais de Stéphanie Acquette
Whooz : Stéphanie Acquette ON : Diaporama – Sanctuaire...
To Love Somebody de Beyries
Whooz : Beyries ON : Encounter – Bonsound Aimer ... To Love Somebody de Beyries ...
Bateau d'Amoranno
Whooz : Amoranno ON : Bateau - Balandras Editions/Testicules Records Haute mère !...
Voir toute l'actualité des personnalités
publicité

Toutes les images contenues sur ce site sont la propriété de Whoozone. Reproduction Partielle ou Totale est interdite sauf Accord écrit.

Mentions Légales - Politique Vie Privée - Gestion des Cookies