Interview découverte de Michaël Moslonka

Interview découverte de Michaël Moslonka

Whooz : Michaël Moslonka
ON : Dans toutes les très bonnes librairies

Titre : Rencontre avec un Faiseur d’Histoires*

Sous-titre : Ne jamais croire un romancier !

C’est une rencontre très singulière que ce moment passé en compagnie de Michaël Moslonka – de ces moments dont nous sommes friands. A une interview structurée nous avons préféré la conversation informelle, mais ceci pour le même résultat, rencontrer une personnalité originale et attachante, un véritable créateur, comme il se définit lui-même, un « Faiseur d’histoires ». Michaël Moslonka aime à s’amuser des mots, des situations et des « histoires » à raconter, y compris et surtout (dans le cas présent) de la sienne, voici un moment rare, qui nous oblige à regarder les propos de l’écrivain « entre les lignes » mais également à les interpréter d’une manière frontale, ce qui est troublant !

Big thanks à LE (Agent officieuse de Michaël Moslonka)

Qui êtes-vous, Monsieur Michaël Moslonka ?

Michaël Moslonka : Qui suis-je, bonne question ! (Ah, mais qu’est-ce que nous aimons cette question ! Il faudrait la breveté (les habitués de WHOOZONE.COM savent de quoi nous voulons parler !)).

Je suis un auteur-romancier, j’écris des polars, des livres pour la jeunesse, des romans fantastiques, j’ai même commis un roman sentimental ! Pour reprendre le nom de mon activité, je suis un « Faiseur d’histoires ». L’idée étant d’écrire des histoires quel que soit le genre, car a un moment donné tout est catégorisé. Je m’immisce et m’amuse entre les genres, dans les genres.

Ce que j’aime dans l’écriture, c’est « écrire », et me faire plaisir d’écrire. Je ne veux pas lasser, si je ne me fait pas plaisir ça ne sert à rien que j’écrive, en fait.

Quels sont les domaines de votre inspiration ?

Les rencontres, la musique, les films, les histoires personnelles, le vécu des gens …

La question même de l’écriture est d’où vient l’inspiration ? A un moment donné il y a le petit truc. Par exemple mon roman qui sortira en septembre est né au cour d’un voyage et d’un décor, ce qui m’a amené à imaginer un huis-clos … Il y a les codes, on peut forcer l’imagination mais celle-ci n’arrive pas à n’importe quel moment ! Les idées et les choses arrivent, et il faut faire avec.

Vous prenez alors des notes …

Oui, dans un carnet, sur des « feuilles volantes » (que l’on perd !) ou dans ma tête. Même le carnet il faut penser à l’ouvrir !

Généralement je note les idées du manuscrit sur lequel je travaille comme ça je ne suis pas parasité. Le reste viendra si ça doit revenir.

« Ecrire c’est réécrire »

Quand peut-on mettre le point final ?

Quand on a un sentiment d’achevé ! « Ecrire c’est réécrire », en fait !

Je mettrai le point final quand j’estimerai que la réécriture est finie. En sachant qu’il peut s’écouler une année avant que je reprenne l’un de mes textes. Un texte d’abord écarté par exemple, mais qui sera publié lorsqu’il aura été réécrit.

Quel est votre process ?

Il est variable, chaque histoire est comme une histoire d’amour, tout est toujours différent !

Pour « A minuit les chiens cessent d’aboyer », l’histoire, en gros, je la connaissais, je l’avais en tête Je me suis mis devant mon ordi et là j’étais le metteur en scène – en six mois c’était écrit.

« En attendant les vers » représenta deux ans d’écriture ! J’ai d’abord scénarisé mon projet puis procédé à l’écriture manuelle des chapitres. Lorsque tout fut fini j’ai mélangé tous ces chapitres pour que ça puisse raconter une histoire dans un autre ordre.

Le processus de création sera différent d’un cas à l’autre.

Avez-vous des personnages récurrents ?

Tous mes univers sont liés – à un moment ou à un autre !

Il y a une unité dans ma production écrite. Ce que fait Stephen King, par exemple. Tout cela est voulu, l’idée d’unité fait vivre un univers et dresse des liens avec mes lecteurs.

Quels sont vos projets ?

La sortie de « l’autoroute » en septembre.

Une nouvelle à quatre mains pour une structure associative.

Un manuscrit pour un éditeur pour la série « l’embaumeur », une série qui à l’exemple du poulpe est écrite par différent contributeurs.

J’ai également en projet l’écriture d’un roman historique …

 

* Nous avons rencontré Michaël Moslonka le 7 juin 2014, à l’occasion du 3ème Printemps de la Culture organisé par le Centre Commercial Carrefour de Douai/Flers


Pour aller plus loin sur WHOOZONE.COM


Pour aller plus loin

.

03/07/2014
Retour
Commentaires
You must be logged in to post a comment

Derniers Articles

To Love Somebody de Beyries
Whooz : Beyries ON : Encounter – Bonsound Aimer ... To Love Somebody de Beyries ...
Bateau d'Amoranno
Whooz : Amoranno ON : Bateau - Balandras Editions/Testicules Records Haute mère !...
Première ligne de Kerredine Soltani
Whooz : Kerredine Soltani ON : Première ligne (Disponible en...
Voir toute l'actualité des personnalités
publicité

Toutes les images contenues sur ce site sont la propriété de Whoozone. Reproduction Partielle ou Totale est interdite sauf Accord écrit.

Mentions Légales - Politique Vie Privée - Gestion des Cookies