Cinq cartes brûlées de Sophie Loubière

Cinq cartes brûlées de Sophie Loubière

Whooz : Sophie Loubière
ON : Cinq cartes brûlées – Fleuve Noir, 2019

Cinq cartes brûlées
de Sophie Loubière

Chronique de Bruno Delaroque

Intense et particulièrement bien écrit, « Cinq cartes brûlées », le dernier titre de Sophie Loubière, est estampillé thriller psychologique. Pour tout vous dire je ne suis pas forcément fan de ce type d'ouvrage ayant été souvent trop peu satisfait, mais je dois bien avouer que celui-ci atteint des sommets.

Son récit est principalement celui d'une jeune fille de bonne famille, Laure Graissac. Avec son frère Thierry et ses parents, ils habitent Saint Flour dans le Cantal, dans un pavillon situé au pied d'un transformateur électrique. Pas le coin le plus attirant de France, ce que m'avait dit un ami il y a près de trente ans et corrobore tout à fait les descriptions faites par l'auteure. Le père est rapidement soupçonné d'attouchement sur la fillette, rideau, la famille explose !

Avec dextérité et une maîtrise remarquable, Sophie Loubière nous fait glisser dans son histoire ou plutôt celle de Laurence, « Lolotte », et en cinquante pages et quelques coups de griffes et non-dits, on sent bien que l'on s'enfonce vers quelque chose d'encore imprécis, mais grave et inéluctable.

Avec son alternance de chapitres soufflant constamment le froid et le chaud « Cinq cartes brûlées » devient rapidement addictif.  

Ce roman traite de blessures difficiles à évaluer, à refermer et de la volonté sans faille de vouloir respirer et mener une vie normale. De la boulimie exacerbée de l'adolescente en proie à de nombreuses railleries blessantes dont le frangin Thierry a le secret ; à la volonté surhumaine pour devenir une championne de très très haut niveau, Laurence Graissac mène sa barque et trace son chemin comme elle le peut en traînant un lourd passé.

Qui est-elle vraiment, que veut-elle faire ; vivre, être amoureuse, travailler, des bonheurs simples comme Monsieur tout le monde, mais est-elle vraiment celle qu'elle prétend être ?

Pôle emploi peut-il aider ce genre de personne alors que même ils ne sont pas capable d'aider le commun des mortels : dialogues de sourds, tout comme celui d'un couple usé ; celui du Docteur Bashert et de sa femme. Aléas de la vie au gré d'une mauvaise rencontre d'un soir sur un parking, ou d'une rencontre organisée par le biais d'internet, les cartes distribuées ne sont pas toutes bonnes.

« Cinq cartes brûlées » est presque un jeu pourrait-on dire ; destin, vie, mort, échec et mat, mais comme dans l'existence à un moment, il y a la chance ou la malchance. Seulement lorsque que les dés sont pipés au départ et que les apparences sont trompeuses, cela donne ce récit fort réussi même si nonchalant et bizarre par moment, où chacun semble enfin trouver sa place après de longs atermoiements.

En terminant le bouquin je me suis dit bien malin celui ou celle capable de deviner la fin de ce scénario parce que l'auteure a plus d'un tour dans son sac. Visiblement la manipulation mentale et les faux semblants font partie de la panoplie qu'elle possède et grâce à un talent d'écriture mis au service de l'histoire, on ne peut que constater que ce bouquin est un petit bijou.

Pour aller plus loin sur WHOOZONE.COM

 

Pour aller plus loin

 

.

24/01/2020
Retour
Commentaires
Vous devez être connecté pour déposer un commentaire

Derniers Articles

Le tome 2 du Salon du Livre Jeunesse
Whooz : Atrebatia ON : Arras Focus sur le tome 2 du Salon du Livre...
L'édition 2020 d'Atrebatia
Whooz : Atrebatia ON : Arras Focus sur l'édition 2020 d'Atrebatia Atrebatia -...
Rencontre avec 3 finalistes du PLIB2020
Whooz : Anthelme Hauchecorne, Georgia Caldera, Louise Le Bars ON :...
Voir toute l'actualité des personnalités
publicité

Toutes les images contenues sur ce site sont la propriété de Whoozone. Reproduction Partielle ou Totale est interdite sauf Accord écrit.

Mentions Légales - Politique Vie Privée - Gestion des Cookies