Noir Charbon Le 1er Salon de Raimbeaucourt

Noir Charbon Le 1er Salon de Raimbeaucourt

Whooz : Salon Noir Charbon
ON : Raimbeaucourt

Raimbeaucourt, Noir Charbon acte 1

Vivement « l'acte 2 » ! (rien que pour que notre retour de Salon ait pour titre « Raimbeau 2 » ! Mais pas que ! Forcément)

Galerie exclusive.

Attention cette galerie contient les portraits de : Stéphane Bourgoin, Johana Gustawsson, Marie Talvat,  Alexandre Galien, Samuel Palladino, Amélie de Lima, Lorraine Letournel Laloue, Chris Loseus, Yomgui Dumont, Ghislain Gilberti, Jack Koch, Nicolas Lebel, Franck Thilliez, Nicolas Duplessier, Mig, Philippe Marion, Isabelle Villain, Angelina Delcroix, Antonio Lanzetta, Emily Tibbatts, Jack Jakoli, Damien Eleonori, Thomas Enger, Elly Rosemad, Clarence Pitz, Jean-Robert Lépan, Jérémy Bouquin, Sandrine Fillassier, Greg Waden, et de Thomas Vanhoutte

Raimbo 1, watt riz hit ?

Bafouille jouasse du Doc

Un Salon né des rêves et de l'expérience de sa conceptrice/coordinatrice, Clémence Barbier, pour ne pas la nommer. Clémence, grande blogueuse devant l'éternel, passionnée de littératures « sombres » et de … cuisine ! (ce dernier point reste à vérifier, mais, vous savez ce que c'est, quant on est à court d'arguments (« Comment le peut-on ? » me direz-vous, en parlant de Clémence ! Oui, et bein c'est comme ça !), bref, quand on est à court d'arguments, on a vite fait d'écrire n'importe quoi ! Ce qui vous passe par la tête, pourvu que ça sonne bien ! Il y a bien des écrivaillons qui font du remplissage (non, je ne citerai pas de noms, et pourtant …), pourquoi un blogaillon n'en ferait-il pas lui aussi ! D'ailleurs si ça tombe, Clémence aime faire la cuisine ! On en fait là tout un plat, mais si c'est vrai, alors, ajoutons de suite : A quand un Salon dédiée à la cuisine et orchestrée par la talentueuse Clémence Barbier (Cheffe de son état !) ? Et si c'est complètement faux, alors passons notre chemin en affirmant qu'on n'est pas à une bêtise (de Cambrai ! Ah, humeur jouasse, quand tu nous tiens) près ! Et que du propos non vérifié, on en a déjà écrit des tonnes, qu'ils sont passés comme des lettres à la poste, et que ça n'a pas fait de bruit – point). Ce qui n'en est nullement du remplissage c'est de féliciter également l'équipe organisatrice du Salon. Celle qui a participé à la réussite de celui-ci. Et ce n'était pas une mince affaire. La faute à … un ensemble d'éléments indépendants de la volonté des organisateurs. Et qui leur a donné bien du soucis !

En premier et principal lieu : Le mouvement social affectant la France du 14 décembre 2019. Celui qui luttait (je parle au passé mais à l'heure où nous écrivons ces mots ce mouvement est toujours d'actualité. Ce qui est moins sûr c'est qu'il le soit encore lorsque cette bafouille sera mise en ligne ! (LOL, au fait !)), qui luttait, donc, contre la réforme des retraites. Pas de trains pour une bonne partie des auteurs invités ! Problème. Au final, si l'affiche comptait quelques 46 auteurs selon les organisateurs, et 46 selon la police, le nombre final, non contrarié par le ministère de la justice, fut de 39 auteurs (il paraît qu'un organisateur qui se respecte à le droit à 10% de perte !). Et 39 auteurs, c'est déjà pas mal !

« S'il ne s'agissait pas du Salon de Clémence, nous n'aurions pas fait d'efforts pour venir à tous prix » m'a confié JB, auteur talentueux de son état (afin de protéger son intégrité physique et morale, les noms et prénoms de ce témoin ont été changés (ou pas !)). Mais, que ne ferait-on pas pour Clémence ? Ou pour ce public nordiste que l'on dit être le meilleur public de France ! A ce propos parlez-en avec CD, auteur normand talentueux de son état (afin de protéger son intégrité physique et morale, les noms et prénoms de ce témoin ont été changés (ou pas !)). Bref, au Noir Charbon, on y est allé, en train (un peu), en voiture (beaucoup – et mieux encore, en covoiturage – Parce que, en tant qu'auteur de polars, on a beau être pété de thune, d’habiter dans du loft parisien à piano, on peut également se contenter d'une jag, d'une merco voire d'une odi pour 4 (voire pour 2 s'il s'agit d'un modèle sport de type Ferrero Rocher, Purge ou Mazeratto) – il n'y a pas de petites économies) ou en bateau à voile.

39 auteurs, autant d'occasions de rencontres ! Attention, tentative de name-dropping.

En premier lieu avec les « étrangers » du rendez-vous Rainbeaucourien. Antonio Lanzetta (dit « Le Stephen King italien ») ou Thomas Enger (norvégien de son état). Deux personnalités entourées par l'enthousiasme d'un auteur épatant (parait-il ! Mais vous savez ce que l'on dit : « … Vox Dei ») : Samuel Palladino. Samuel Palladino, liégeois de son état. Ce qui nous permet de saluer Salvatore Minni et Clarence Pitz (bruxellois), Thomas Vanhoutte (mouscronois) et Jack Jakoli (outre-Quiévrinois arborant fièrement le badge : « Je suis Belge, don't be jealous »).

Du parrain, de la marraine et de l'invité d'honneur : Respectivement Stéphane Bourgoin, Johana Gustawsson et Franck Thilliez

Des locaux de l'étape. En premier lieu, le seul, l'unique : Franck Thilliez. Ce dernier était accompagné de Sandrine Fillassier, Amélie de Lima, Emmanuel Sys, Greg Waden, Jean-Robert Lépan, Philippe Marion, Jean-Marc Dhainaut, Hervé Hernu et Amélie Antoine.
« Avec elle/sans elle », Amélie Antoine était accompagnée de Solène Bakowski ! Transition idéale (admirez le talent !) pour évoquer les parisiens (et les autres, qui bien souvent sont les mêmes (j’admets, cette phrase ne veut rien dire) du Salon (oui, il en faut bien ! (lol !!!)). 
Des parisiens et les « autres ». Sandra Martineau, Jérémy Bouquin, Elly Rosemad, Damien Eleonori, Angelina Delcroix, Isabelle Villain, Nicolas Duplessier, Christophe Dubourg, Nicolas Lebel, Jacques Saussey, Ghislain Gilberti, Chris Loseus, Eric Dupuis, Marie Talvat et Alexandre Galien.

Des illustrateurs talentueux : Mig, Yomgui Dumont et Jack Koch. Joaquim De Freitas, quant à lui, exposait ses portraits inspirés.

Des récompensés : Johana Gustawsson (Prix Coup de Coeur du Jury de Noir Charbon pour « Sang ») et Lorraine Letournel Laloue (Prix Découverte Noir Charbon 2019 pour « HS 7244 », son premier roman)
-
Un regret : Celui de ne pas avoir eu le temps de parler avec Emily Tibbatts, auteure d'un des sites français les plus complets sur les tueurs en série. Mais ce n'est que partie remise ! C'est également partie remise pour Jérémy Bouquin, Elly Rosemad et Isabelle Villain.
-
Il n'est pas de salons sans bémol. Ces derniers nous ont été bien volontiers confiés par Clémence Barbier et seront corrigés pour la prochaine édition de Noir Charbon. Nous aurions juste à ajouter qu'il serait top que l'espace scénique au complet puisse accueillir les deux forums du Salon. Une petite table, quelques chaises … (bon, s'il manque un pseudo journalist/blogueu/chroniqueu de talent à l'animation …) … et la vie serait plus belle !

Viva « Noir Charbon » ! Viva « Rose Kitchen » (le Salon de la boustifaille (les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures, je sais – Mais personne ne s'est jamais plaint que je sois court !) pour comprendre la joke, reportez-vous aux premiers paragraphes de cette chro bafouilleuse, c'est préférable – A moins que vous compreniez le tout, justement parce que vous avez lu cette considération, dans ce cas-là je vous adresse mes plus vives félicitations). 


Pour aller plus loin sur WHOOZONE.COM

Pour aller plus loin

.

 

 

 

 

29/01/2020
Retour
Commentaires
Vous devez être connecté pour déposer un commentaire

Derniers Articles

Le tome 2 du Salon du Livre Jeunesse
Whooz : Atrebatia ON : Arras Focus sur le tome 2 du Salon du Livre...
L'édition 2020 d'Atrebatia
Whooz : Atrebatia ON : Arras Focus sur l'édition 2020 d'Atrebatia Atrebatia -...
Rencontre avec 3 finalistes du PLIB2020
Whooz : Anthelme Hauchecorne, Georgia Caldera, Louise Le Bars ON :...
Voir toute l'actualité des personnalités
publicité

Toutes les images contenues sur ce site sont la propriété de Whoozone. Reproduction Partielle ou Totale est interdite sauf Accord écrit.

Mentions Légales - Politique Vie Privée - Gestion des Cookies