Le Rayon Vert de Lewis Evans

Le Rayon Vert de Lewis Evans

Whooz : Lewis Evans
ON : Le Rayon Vert – ZRP, 2021

Nouvelle vie

Le Rayon Vert de Lewis Evans

Lewis Evans (« Lanskies »), auteur-compositeur-interprète britannique, est de retour avec « Le rayon vert », un EP réalisé entre la Normandie et la Californie. Après « Half Way to Paradise » (2015) et « Man in a Bubble » (2018), avec « Le rayon vert », Lewis Evans nous donne à entendre quatre chansons portées par sa voix singulière et chaleureuse.

Plongeons dans la musique de Lewis Evans en découvrant « Rock In the Sea » et son clip tourné en noir et blanc et réalisé par Jonathan Perrut.

Rock In The Sea – Lewis Evans



A l’origine du « Rayon Vert » il y a l’ancrage de Lewis Evans dans une nouvelle vie à Granville (Normandie), une vie dans une maison à rénover et l’attente, puis l’accueil d’une deuxième petite fille : un nouveau chapitre qui s’ouvre.

L'ouverture et la générosité de Lewis Evans qui l'avaient amené à travailler dans le passé avec Keren Ann, Gaëtan Roussel ou Juliette Armanet l'a conduit cette fois-ci à collaborer avec David Ivar Herman Dune via Whatsapp pendant cette éprouvante période de confinement. Aller-retours virtuels entre deux west coasts, entre Granville et Santa Cruz pour deux musiciens imprégnés du folk de Leonard Cohen, Jim Croce ou encore Gordon Lightfoot, deux musiciens si loin mais si proches. C’est aussi l’alliance de l’iode normande et du piment californien qui donne tout sa saveur à cette collaboration.

Lewis Evans a composé et écrit chaque titre à la manière d’un artisan et Herman Dune s’est chargé de les arranger avec une infinie délicatesse, il en a aussi joué toutes les parties instrumentales. Le nom de cet EP, « Le Rayon Vert », ne fait pas référence au film de Rohmer, mais à un petit troquet de Saint-Pair-sur-mer, et à l’atmosphère qui y règne en fin d’été : sentiments mêlés, entre mélancolie et douceur de vivre.

Voici donc 4 titres à haute teneur autobiographique et émotionnelle : « Rock in the sea » qui évoque la passion amoureuse et la difficulté d’entretenir cette passion. « Hold on » et « Cocaine » s’attachent au thème de l’addiction, quand elle risque de faire voler en éclat la cellule familiale et détruit l’amour entre ses membres. Enfin « King of the Jingle » revient avec ironie et humour sur les difficultés d’un musicien qui peine à rencontrer le succès.


Source : Agence Attitude

Pour aller plus loin sur WHOOZONE.COM


Pour aller plus loin

Facebook : https://www.facebook.com/LewisEvansOfficial/

Instagram : https://www.instagram.com/accounts/login/



.

29/05/2021
Retour
Commentaires
You must be logged in to post a comment

Derniers Articles

Focus sur l'édition 2021 du Salon de Templemars
Whooz : Le Salon du Polar ON : Templemars Focus sur la 14ème...
To Love Somebody de Beyries
Whooz : Beyries ON : Encounter – Bonsound Aimer ... To Love Somebody de Beyries ...
Bateau d'Amoranno
Whooz : Amoranno ON : Bateau - Balandras Editions/Testicules Records Haute mère !...
Voir toute l'actualité des personnalités
publicité

Toutes les images contenues sur ce site sont la propriété de Whoozone. Reproduction Partielle ou Totale est interdite sauf Accord écrit.

Mentions Légales - Politique Vie Privée - Gestion des Cookies