Fucking Melody de Noël Sisinni

Fucking Melody de Noël Sisinni

Whooz : Noël Sisinni
ON : Fucking Melody – Jigal Polar, 2021

Fucking Melody de Noël Sisinni

Chronique de Bruno Delaroque

« Fucking Melody » de Noël Sisinni nous permets de pénétrer le Pavillon des Mimosas, l'aile d'une clinique spécialisée dans les pathologies difficiles pour enfants et adolescents. Un univers bien particulier dirigé avec humanité et conviction par le Professeur Marsac où l'on essaie de distraire les enfants avec la venue de clowns. C'est là que Soline la clown rencontre Fiorella et se prend d’amitié pour cette gamine agressive et paumée.

Le dernier opus de Noël Sisinni est bouleversant et puissant. On y rencontre des personnages sincères et brut de décoffrage, on sent que l'atmosphère peut rapidement devenir électrique. Aléas de la vie ou la faute à pas de chance ou simplement le hasard, c'est un bal où la musique peut rapidement s'emballer ! La musique, justement, Soline, compositrice, est sur le point d'enregistrer avec son groupe un futur best scruté de près par des producteurs ayant flairé le bon truc. Mais destin, compassion, mauvais choix, sa vie sera tout autre.

Avec ses répliques qui claquent comme des coups de feu, Fio, puisqu'elle se fait appeler ainsi, est une bombe à retardement perchée à 100 000 volts. A n'importe quel moment ça peut partir en sucettes. Bon, faut bien dire aussi que l'adolescente, atteinte d'un mal qui la ronge n'a plus beaucoup d'illusion sur son avenir. Instable mais futée, elle n'en reste pas moins « attachiante ».

« Fucking Melody », c'est comme si vous preniez une canette de bière ou de soda, vous la secouez et vous ouvrez: ça part dans tous les sens et il y a des dégâts.

Il y a du Tarantino par instant dans ce scénario inéluctable où chaque moment qu'on laisse passer enclenche un engrenage de plus et mène à une fin sans issue au sens propre comme au sens figuré.

On rencontre une foule de personnages brisés par les événements de la vie, beaucoup sont bienveillants mais tristes, résignés et sans ressort. De Marsac, le directeur de la clinique, en passant par les flics, ils prennent tous des décisions lourdes de conséquences et pas toujours dans le bon tempo.

Dans cette fuite en avant, tendresse et humanité d'un coté, violence et réalité d'un autre, dureté de la vie et de ce qui peut vous tomber dessus du jour au lendemain, c'est un parcours chaotique de gens à vif qui nous est proposé.

Fio est l'héroïne bien sûr, mais que dire de tous ces autres qui animent ce scénario fou ; Soline et Boris en première ligne.

Ce titre de Noël Sisinni m'a littéralement pelé le bide entre noirceur profonde, âmes en peine et destinées cruelles.

On termine cette histoire, un peu coupable de n'avoir rien pu faire et beaucoup retourné par ces 212 pages tranchantes. Un coup de cœur pour la première de cet auteur et un coup de cœur pour la maison d'édition Jigal qui a encore déniché un truc incroyable. BRAVO !


Pour aller plus loin sur WHOOZONE.COM


Pour aller plus loin


.





18/06/2021
Retour
Commentaires
Vous devez être connecté pour déposer un commentaire

Derniers Articles

To Love Somebody de Beyries
Whooz : Beyries ON : Encounter – Bonsound Aimer ... To Love Somebody de Beyries ...
Bateau d'Amoranno
Whooz : Amoranno ON : Bateau - Balandras Editions/Testicules Records Haute mère !...
Première ligne de Kerredine Soltani
Whooz : Kerredine Soltani ON : Première ligne (Disponible en...
Voir toute l'actualité des personnalités
publicité

Toutes les images contenues sur ce site sont la propriété de Whoozone. Reproduction Partielle ou Totale est interdite sauf Accord écrit.

Mentions Légales - Politique Vie Privée - Gestion des Cookies