Les passagers de John Marrs

Les passagers de John Marrs

Whooz : John Marrs
ON : Les passagers – Hugo Poche, 2021

Les passagers de John Marrs

Chronique de Bruno Delaroque

Après un brillant « Ames Soeurs » (Hugo Thriller, 2018) qui m'avait totalement emballé et fut de suite adapté par Netflix sous le titre de « The One », John Marrs (avec 2 « r ») revient avec son nouveau titre : « Les Passagers ».

Politique et fiction seront au sujet de cet ouvrage dans lequel on va beaucoup parler des voitures autonomes. Un sujet brûlant soulevant bien des questions éthiques, techniques, philosophiques et sécuritaires.

Attachez vos ceintures, on démarre !

Pied au plancher, cette histoire commence avec plusieurs twists dès le premier chapitre pour accrocher le lecteur. On fait la connaissance de Claire, enceinte de son premier enfant, qui utilise toujours avec appréhension sa voiture récente, totalement autonome, achetée il y a trois semaines par son mari Ben.

Chapitre deux, Jude Harrisson, la trentaine, est également dans sa voiture autonome lorsque survient un événement inquiétant et troublant !

Au fur et à mesure apparaissent à leur tour, Sophia Bradbury, Sam et Heidi Cole, Shabana Khartri, et Libby Dixon. Comme dans son précédent roman, l'auteur présente ses personnages, tisse sa toile et nous emmène avec lui.

Qu'y a-t-il de commun entre ces gens, d'origines différentes, de conditions sociales différentes, et d'âges différents ? Pourquoi eux, que se passe-t-il ?

C'est une première partie enlevée et mystérieuse que nous soumet l'auteur, l'angoisse monte et le canevas de ce scénario fou se met en place. J'ai retrouvé ce qui m'avait séduit la première fois : du rythme, un sens de la mise en scène avec de nombreux personnages, et des « surprises » à chaque fin de chapitre quasiment !

Inévitablement ce bouquin va poser des questions très simples et remettre en cause la vulgarisation de certaines technologies. Du contrôle de nos vies par l’intelligence artificielle en passant par une soumission totale à des machines censées améliorer notre quotidien grâce à leur esprit d’analyse et de décision hors du commun en cas de danger, c’est une belle théorie. Mais n’oublions jamais que ces programmes multiples ont été inventé et programmé par l’homme, et que ce dernier est bien souvent cupide, faillible, intéressé !

Un scénario aussi brillant que froid, glaçant et méthodique pour dénoncer le tout numérique semble être ce qui a motivé John Marrs cette fois. Mais est-ce aussi simple que cela ?

Derrière cette entame tonitruante se pose d'autres questions et se cachent aussi quelques constats désabusés ou coups de griffes. La télé réalité est ainsi montrée du doigt, le rôle du politique pas joli joli…Sophia Bradbury en vieille star sur le retour est parfois désopilante, Jack Larsson, homme politique est lui agaçant et pathétique, mais pas que....

Mais là encore, si le trait est grossier, la caricature est à peine forcée pour ces gens qui nous gouvernent et sont censés œuvrer pour le bien commun de tous. Tu parles !

« Tout dire peut s'avérer gênant lorsqu'il y a une décision à prendre » peut-on lire à la page 178. Aujourd'hui nos vies s'étalent sur les réseaux sociaux et nous sommes suivis partout grâce à notre mouchard et meilleur ami préféré, notre smartphone.

L'auteur montre avec effroi comment il est facile dans notre société hyper connectée d'orienter les choix du public et de manipuler. Critique de ce monde 2.0 qui va trop vite, qui va trop loin et qui peut basculer sur un clic de souris maniée par un anonyme derrière son écran. Il est facile de faire désigner un coupable comme on le souhaite, et de le livrer à la vindicte populaire derrière un anonymat confortable après en avoir décidé en son âme et conscience.

Des empires ont basculé sur un clic, des destins ont vacillé, des élections récentes ont été manipulé sur la base de vraies ou fausses informations et en quelques clics, sans que l'on sache d'où venait le mauvais coup.

Avec John Marrs, on ne s'ennuie pas et les coups de théâtre et révélations s'enchaînent. C'est une comédie humaine, très contemporaine et très connectée que nous livre l'auteur. Dans une histoire, il y a toujours deux faces ; celle que l'on veut diffuser, et celle que l'on veut cacher. Ne dit-on pas : » Qui n'entend qu'un son, n'entend qu'une cloche » ?

Avec les Passagers John Marrs performe une deuxième fois à très haut niveau, pose des questions dérangeantes et égratigne connivences et intérêts divers que le fric ou le malheur contribue à réunir. Tellement d'actualité et presque pas de fiction, nous pourrions peut-être nous en sortir et si nous étions un peu tous comme Libby, héroïne malgré elle de ce roman. Mais là, je crains bien que ce ne soit qu’un doux rêve ou une fiction cette fois-ci !

Coup de cœur évident pour ce thriller original, rapide, hyper branché qui nous emmène à la vitesse de la lumière vers un futur non maîtrisé qui fait peur, surtout si les bonnes personnes ne sont pas aux manettes !


Pour aller plus loin sur WHOOZONE.COM


Pour aller plus loin

.

20/09/2021
Retour
Commentaires
Vous devez être connecté pour déposer un commentaire

Derniers Articles

Je m'en vais de Stéphanie Acquette
Whooz : Stéphanie Acquette ON : Diaporama – Sanctuaire...
To Love Somebody de Beyries
Whooz : Beyries ON : Encounter – Bonsound Aimer ... To Love Somebody de Beyries ...
Bateau d'Amoranno
Whooz : Amoranno ON : Bateau - Balandras Editions/Testicules Records Haute mère !...
Voir toute l'actualité des personnalités
publicité

Toutes les images contenues sur ce site sont la propriété de Whoozone. Reproduction Partielle ou Totale est interdite sauf Accord écrit.

Mentions Légales - Politique Vie Privée - Gestion des Cookies