Va manger tes morts de Pascal Martin

Va manger tes morts de Pascal Martin

Whooz : Pascal Martin
ON : Va manger tes morts – Jigal Polar 2021

Va manger tes morts
de Pascal Martin


Chronique de Bruno Delaroque

Une nouvelle sélection Jigal pour la rentrée, c'est toujours un énorme plaisir à découvrir. Et puis de vous à moi, lorsque j'ai vu les auteurs, j'ai esquissé un grand sourire en prenant en main le Pascal Martin. Ce grand observateur du quotidien, raconteur d'histoires hors pair, disparu il y a un peu plus d'un an ; je l'avais découvert avec son formidable « La Reine Noire » (Jigal Polar, 2017). Avec « Va manger tes morts », on devine déjà au titre surprenant que ça va pulser sec !

Si vous vous posez un jour la question : « Faut-il se mêler des affaires des autres » ; je crois bien que la lecture de ce titre pourrait vous apporter la réponse.

Rio Capo Ortega, un enquêteur d'assurance sérieux et irréprochable, la quarantaine célibataire, à la vie tranquille et métronomique, pourrait bien avoir aussi une idée de la réponse alors qu'il dégustait son plat préféré ; un steak saignant dans un énième restaurant.

Mais la vraie question pour Rio comme pour nous est finalement : « Est-ce que notre vie nous plaît » ? Une vie routinière, réglée comme du papier à musique, et sans saveur, comme celle de Rio, est-elle la vie dont on rêve ? N’attend t-on pas un jour une étincelle, un événement qui nous ferait changer de braquet et de dimension, l'envie de prendre des risques et de tout changer ?

Cette étincelle, celle qui allume le feu, c'est Romane, elle est Gitane. Dans cette brasserie parisienne où Rio déguste son morceau de barbaque, elle vient de dézinguer un type d'une balle en pleine tête !

C'est un roman noir époustouflant que nous livre Pascal Martin pour son dernier tour de piste. Un cri d'espoir, une envie de liberté ; la volonté de briser ses chaînes, de défoncer les murs et de vivre l'éclate totale sans réfléchir aux conséquences. Avec comme souvent, ici et là une vision juste et fine de notre société, où le petit écran hypnotise et endort la populace à travers des séries bien calibrées, le tout après des journées ou une semaine de travail !

Même l'amour éternel de Dieu le père ne fait plus recette et semble bien désarmé face à l'attrait de la petite lucarne et la cupidité de l'argent tout puissant.

Un dernier tour de piste riche puisque l'on se promène au cœur de la culture roms et de l'univers gitan, de son langage particulier (« va criave tes moulos »), et que d'autres sujets graves comme la traite des humains, vulgaires marchandises dressées dès leur plus jeune âge feront de cette histoire un voyage sale, puant et mouvementé.

« Va manger tes morts » est un roman noir virevoltant avec ses zones d'ombres et de mystères. Romane est un petit oiseau écorché, dangereuse certes mais terriblement attachante. Rio lui, se trouve emporté malgré lui par ce puissant tourbillon mêlant féminité, ingéniosité apprise à l'école de la vie, rage de vivre, alors que lui en a peut-être marre de sa vie rangée !

Personnages paumés, chacun prisonnier à leur façon d’un univers, peut-être ; mais ce couple aux profils contraires matche bien et notre fugitive et notre enquêteur d'assurance nous donne une histoire que l'on n'a pas envie lâcher. On veut connaître la vérité et le dénouement. C’est un enchaînement, une fuite folle à vitesse TGV, une bouffée d’oxygène revigorante, et le constat d’une vie, de vies et de paysages qui défilent, en même temps que les digues tombent en révélant le passé, en imaginant le futur, et en croquant l’instant présent à 1000% !

Parallèle de deux trajectoires aux antipodes ; deux êtres lancés dans l'existence avec des bagages bien différents. Rien en commun, rien à partager à priori, et pourtant, un jour, dans une brasserie parisienne, leurs destins vont basculer.

Comment cela va-t-il finir pour nos héros ? A vous de le découvrir, je ne vais pas vous le dire. Mais ce dernier Pascal Martin est une dernière toile éclatante, violente, noire et colorée à la fois. En visitant la France, il n'hésite pas à casser les codes de la bienséance et c'est particulièrement jouissif.

Chapeau Pascal Martin, c'est une sortie brillante où l'espoir et la vie reprennent des couleurs vives !


Pascal Martin sur WHOOZONE.COM

La reine noire (Jigal - 2017)

Chronique de Bruno Delaroque



Pour aller plus loin


.

11/10/2021
Retour
Commentaires
Vous devez être connecté pour déposer un commentaire

Derniers Articles

To Love Somebody de Beyries
Whooz : Beyries ON : Encounter – Bonsound Aimer ... To Love Somebody de Beyries ...
Bateau d'Amoranno
Whooz : Amoranno ON : Bateau - Balandras Editions/Testicules Records Haute mère !...
Première ligne de Kerredine Soltani
Whooz : Kerredine Soltani ON : Première ligne (Disponible en...
Voir toute l'actualité des personnalités
publicité

Toutes les images contenues sur ce site sont la propriété de Whoozone. Reproduction Partielle ou Totale est interdite sauf Accord écrit.

Mentions Légales - Politique Vie Privée - Gestion des Cookies