Piège à Loup de Gunnar Staalesen

Piège à Loup de Gunnar Staalesen

Whooz : Gunnar Staalesen
ON : Piège à Loup – Gaïa Polar, 2019 - Folio Policier, 2020

Piège à Loup de Gunnar Staalesen

Chronique de Bruno Delaroque

J'avais envie de changer de style de lecture et de pays par rapport aux derniers ouvrages que j'avais examiné. Je partais plutôt vers un roman se déroulant aux States et puis en fouillant dans mon énorme PAL, je suis tombé…sans me faire mal toutefois sur cet auteur norvégien, inconnu pour moi, et cette maison d'édition, « Gaïa Polar» toute aussi inconnue. Deux bonnes raisons pour fourrer mon nez dans cette histoire à la quatrième de couverture semble-t-il intéressante.

Au saut du lit, Varg Veum est arrêté par la police et placé en détention. C'est comme si le ciel lui tombait sur la tête. Le privé norvégien semble bien mal embarqué en ce mois de septembre au temps gris et déjà bien sombre pour Varg !

C'est une ambiance lourde dans ce début de roman où notre privé est accusé d'avoir des documents pédopornographiques dans son ordinateur. La machine judiciaire étant en route et bien que criant son innocence, Varg se retrouve en préventive pour quatre semaines. Bien évidemment, le gaillard est sonné et tombe des nues ; il a cependant un moment de lucidité pour faire appel à un bon avocat.

Noir et pesant, ce scénario me fait déjà penser aux bons vieux « Nestor Burma », et bien plus encore par la suite, où notre héros s'avère être seul contre tous.

Vidar Waagenes l'avocat, conseille à son client de se concentrer pendant qu'il est enfermé et d'essayer de se remémorer certaines affaires qui pourraient justifier d'une haine ou d'une volonté de lui nuire. C'est vrai que Veum ne s'est pas fait que des amis au cours de ces dernières années agitées et très alcoolisées. Neurones embrumés et trous de mémoire, cela va être compliqué et le chemin sera long.

De réflexions en souvenirs qui reviennent au compte-goutte, Varg Veum sait qu'il ne pourra compter que sur lui-même, son conseil et une ou deux rares personnes de confiance, mais la nasse dans laquelle on l'a plongé est tellement immonde qu'il faut être fou pour entrevoir un peu d'optimisme.

Peut-être qu'en s'évadant, ce qu'il fait à la première occasion, il aura plus de latitude pour enquêter. Cette fois-ci, sobre et animé par une folle envie de prouver son innocence, Varg Veum est au taquet et sait bien qu'il va falloir jouer très serré entre les flics qui vont le chercher et celui ou ceux qu'il va essayer de trouver, responsable(s) de cette situation.

Cette enquête va se révéler de plus en plus passionnante au fil des pages avec un Veum piqué à vif, revanchard et animé par une nouvelle foi ; la recherche de la vérité. Il redevient un fin limier et sur chaque fil se présentant à lui, il va tirer lentement jusqu'à avoir une vue d'ensemble et quelques idées plus précises.

Investigations à l'ancienne façon Chandler et son fameux détective Philip Marlowe, un rythme lent, une atmosphère étudiée, les chapitres courts donnent le tempo et sont les vrais métronomes du roman. Veum parvient à délier les langues, à taper l'incruste chez ceux qui pourraient jouer un rôle et parvient même à apprivoiser Madonna...Si si, vous verrez.

Ce récit est une plongée dans ce que le monde a de plus abject  ; la pédopornographie. Derrière des façades et des situations enviables, tout le monde a quelque chose à cacher. Les pires ordures ne sont jamais loin et Veum de découverte en découverte va être atterré parce qu'il va mettre à jour. Puante et opaque, cette sordide histoire est tout simplement ignoble. Mais il ne peut en être autrement lorsque l'on touche à ce qu'il y a de plus innocent, à savoir des enfants, fragiles et exposés.

Jusqu'à la fin, les tenants et les aboutissants restent flous et c'est avec bonheur que j'ai découvert ce nouveau personnage atypique, attachant, fragile et coriace à la fois. Je sens Mr Varg veum que l'on ne tardera pas à se revoir, d’autant plus qu’il y en a toute une série ! Gunnar Staalesen et Gaïa polar, very good job !

Une petite remarque sur le titre « Piège à Loup », je ne le comprends pas. Ayant fait traduire le titre original (« Ingen er sa trygg i fare »), je le trouve beaucoup plus juste. Pourquoi donc traduire en moins bien un titre, je ne comprendrai jamais ça ?


Pour aller plus loin sur WHOOZONE.COM


Pour aller plus loin

.


15/08/2022
Retour
Commentaires
Vous devez être connecté pour déposer un commentaire

Derniers Articles

Pas de nom d'artiste de Thomas Cousin
Whooz : Thomas Cousin ON : Pas de nom d'artiste Confessions Pas de...
C'est pas facile by vice E roi
Whooz : vice E roi ON : C'est pas facile - L'enfer chez les autres...
J'aime Paris au mois de mai de Laura Anglade et Sam Kirmayer
Whooz : Laura Anglade & Sam Kirmayer ON : J'aime Paris au mois de...
Voir toute l'actualité des personnalités
publicité

Toutes les images contenues sur ce site sont la propriété de Whoozone. Reproduction Partielle ou Totale est interdite sauf Accord écrit.

Mentions Légales - Politique Vie Privée - Gestion des Cookies