Un-e Secte de Maxime Chattam vu par Bruno Delaroque

Un-e Secte de Maxime Chattam vu par Bruno Delaroque

Whooz : Maxime Chattam
ON : Un(e) Secte – Albin Michel, 2019 – Pocket, 2020

Un(e) Secte de Maxime Chattam

Chronique de Bruno Delaroque

Une mise en place assez effrayante avec beaucoup d'insectes et de bestioles diverses, c'est ainsi que commence ce roman de Maxime Chattam. Atticus Gore, inspecteur au LAPD est appelé sur une scène de « crime » particulièrement bizarre et sordide située dans l'ancien zoo. Des questions sans réponse comme jamais, voilà ce qui s'impose à Atticus, avec un cadavre « nettoyé » jusqu'à l'os, incompréhension totale, et surtout impossible !

On fait également la connaissance de Kat Kordell, joli fille de la quarantaine, détective privée à qui une mère très inquiète vient demander d'enquêter sur la disparition de sa fille.

Deux enquêtes donc, dont on se doute bien qu'elles vont certainement s'avérer être liées, d'autant plus que la quatrième de couverture l'annonce clairement. Ça m’énervera toujours les révélations de la quatrième, enfin bref passons !

Avec une mort inhabituelle, Atticus Gore sait que rien ne sera facile et son sixième sens clignote en rouge. Son coéquipier Eli Hackenberg, véritable armoire à glace blonde et râleuse rechigne déjà à l'accompagner, mais il sent aussi que l'affaire est grosse.

On retrouve Maxime Chattam avec ce qu'il sait faire depuis longtemps, intriguer et faire monter la pression. Il maîtrise les codes du genre, reste à savoir maintenant comment il va exploiter la suite. J'ai quelquefois été un peu déçu par certains de ses scénarios même si l' « Ame du Mal » et « La Conjuration Primitive » restent pour moi des références à ce jour.

Que ce soit Atticus ou Kat, ces deux-là semblent être bien partis sur deux drôles d'enquêtes.

« Un(e)secte », c'est aussi une promenade dangereuse dans la ville de LA. Tentaculaire et cinématographique, mais aussi sombre, noire mystérieuse et crasseuse pour qui s'aventure hors des sentiers battus. Cela permet à l'auteur de grands écarts où l'on a plus l'impression d'une atmosphère de fin du monde que l’atmosphère riche et friquée de Beverly Hills.

Contraste et mises en abîme, ce roman réserve des surprises et semble être un cru où Maxime Chattam alterne le chaud et le froid, la nuit et le jour pour bien secouer son lecteur.

Cette visite de la ville n'est pas celle que font généralement les touristes et on a bien du mal à imaginer ce résidu fangeux de populace juste à la limite de la lumière de la cité. On se croirait dans un livre (bon) de Stephen King, le Maître absolu du genre, et certains thèmes traités ici ne sont pas sans rappeler également Michael Chrichton.

Chacun pourra interpréter à sa façon ce titre paru en 2019, mais après les périodes de pandémie Covid que nous venons de vivre, ce scénario prend encore plus de poids. Le monde est plein de milliardaires qui se prennent pour Dieu, et l’explosion des GAFA ces dernières années n’est pas de nature à nous rassurer je trouve. Pistés, surveillés et fichés nous sommes depuis longtemps déjà grâce à nos smartphone (Ah quelle belle invention !), « un(e)secte » fait finalement encore plus froid dans le dos aujourd’hui qu’à sa parution. Visionnaire le Chattam au final, certainement, mais il est effrayant à bien des niveaux, oui !

La fin est peut-être traitée un peu vite ce qui me fait dire au final qu'il me manque un petit truc, mais ce n'est que mon avis et je deviens gourmand sans doute. Mettez Stephen King en auteur sur la couverture et on dira que c'est un bon roman du Maître. Alors ne boudons pas notre plaisir et si au bout du compte vous commencez à vous gratter partout, c'est que l'auteur a atteint son but.

Phobiques, s'abstenir !


Maxime Chattam sur WHOOZONE.COM


Pour aller plus loin


.

22/08/2022
Retour
Commentaires
Vous devez être connecté pour déposer un commentaire

Derniers Articles

Pas de nom d'artiste de Thomas Cousin
Whooz : Thomas Cousin ON : Pas de nom d'artiste Confessions Pas de...
C'est pas facile by vice E roi
Whooz : vice E roi ON : C'est pas facile - L'enfer chez les autres...
J'aime Paris au mois de mai de Laura Anglade et Sam Kirmayer
Whooz : Laura Anglade & Sam Kirmayer ON : J'aime Paris au mois de...
Voir toute l'actualité des personnalités
publicité

Toutes les images contenues sur ce site sont la propriété de Whoozone. Reproduction Partielle ou Totale est interdite sauf Accord écrit.

Mentions Légales - Politique Vie Privée - Gestion des Cookies