Les somnambules de Chuck Wendig

Les somnambules de Chuck Wendig

Whooz : Chuck Wendig
ON : Les somnambules – Sonatine éditions,

Les somnambules de Chuck Wendig

Chronique de Bruno Delaroque

Attention IMMENSE BOUQUIN !

La quatrième de couverture, mystérieuse et alléchante laissait augurer une très bonne fiction susceptible d'appâter pas mal de lecteurs, dont moi... !

Le voyage fut très long (1170 pages) et sacrément mouvementé.

Pennsylvanie, un petit village tranquille, Nessie et Shana, deux jeunes filles vivent seules avec leur père ; leur mère étant partie, disparue du jour au lendemain, évaporée.... Soudain Nessie commence à se mouvoir comme un automate, le regard vide et l'air absent ; elle se déplace comme un zombie, pieds nus, d'un pas régulier, et rien ne peut l'arrêter. Elle est bientôt rejointe par d'autres, mêmes attitudes, même chemin ; interrogations et stupeurs pour les proches, démunis face à cette situation.

Le seul « zombie » placé manu militari pour refus d’obtempérer dans un véhicule de police va littéralement exploser dans l'habitacle en maculant l'intérieur de sang, de peau et de fluides divers.

Tempo parfait d'une intrigue qui se noue et va accrocher le liseur. Le mystère se fait plus dense encore lorsqu'une dénommée Sadie Emeka, conceptrice d'une surprenante IA « Black Swan », débarque chez le Docteur Benji Ray. L'auteur pose ses jalons et le scénario commence à s'accélérer. Black Swan a découvert quelque chose et requiert expressément l'aide de Benji.

Je vous assure à ce moment-là, que j'étais loin d'imaginer la suite et la tournure qu'allait prendre cette histoire absolument incroyable (ça on s’en rendra compte un peu plus loin).

Pourquoi une dizaine de personnes, puis bien plus, de tous âges et conditions sociales se mettent à marcher ensemble comme des robots incontrôlables. Effrayante entrée en matière pour les scientifiques qui suivent « le troupeau » et essayent de comprendre. Maladie infectieuse, terrorisme, les hypothèses les plus folles sont évoquées, et ce n’est qu’un début !

On sent, on sait et on devine que cet énorme pavé va venir nous titiller l'esprit et poser bien des questions. Réflexion sur notre monde et regard sur l'homme et ce qu'il fait, ce sera une exploration de nos peurs et de l'inconnu(s).

Ceux que l’on surnomme « les marcheurs » vont mettre une sacrée pagaille. Avec un tel nom, ce n'est pas un parti politique (sourire), bien que finalement on ne connaisse pas leur but, leur direction et ce vers quoi ils tendent...comme un certain parti politique (sourires au pluriel).

Le troupeau de marcheurs interroge et inquiète, mais ce n'est peut-être pas le troupeau le plus dangereux dans cette Amérique armée jusqu'aux dents et facilement manipulable.

A l'heure où nous venons de vivre une pandémie Covid 19, où nos politiques adorés ont raconté tout et son contraire, ces Somnambules devraient nous faire réfléchir. La Covid, on ne sait toujours pas avec certitude les tenants et les aboutissants et dans notre société où seul le fric finit par compter, ces Somnambules parus originellement en 2019 jettent un bien gros pavé dans la mare de nos incertitudes.

Combien de fois avons-nous vu la réalité dépasser la fiction ? Les vérités que nous connaissons sont celles que l'on veut bien nous vendre à coup de lobotomisation profonde par les médias et l'influence des lobbys.

Aussi entre le pognon, les politiques et les scientifiques qui ont toujours une bonne raison pour jouer à l'apprenti sorcier, ce roman lourd et encombrant s'avère être un formidable miroir des dérives humaines et de tous ceux qui ont un peu de pouvoir. Chuck Wendig a dû en gêner plus d'un avec cette « fiction » tranchante comme un scalpel. Mais comme le dit une série célèbre, « la vérité est ailleurs », et celle que nous a réservée l'auteur ne va pas vous plaire du tout.

Enfin façon de parler, parce que ce scénario fou est une véritable mécanique de précision bien huilée, faite pour vous tenir longtemps, très longtemps en haleine, tout au long des 1170 pages. C’est ce qu'il fait avec brio, inventivité et avec la maîtrise d'un écrivain au sommet de son art. C'est un voyage complexe, spirituel et addictif que vous ne pourrez pas lâcher.

L'auteur nous a bien caché ce qui se joue dans ce bouquin. Rien n'est tout blanc ou noir, jamais ; alors à qui peut-on se fier et faire confiance ?

Que de questions dans ce titre, véritable reflet d'une Amérique en proie à ses démons, capable d'envoyer des hommes dans l'espace et de raconter n'importe quoi l’instant d’après.

En dix photographies comme dans Paris Match, le choc des photos synthétise mieux que de longs discours la nuit noire qui s'abat sur l'humanité, frappe les Etats-Unis et le reste du monde. Et lorsque le chaos semble frapper aux portes les plus blindées, lorsque le mal est partout présent à portée d’un éternuement, on se rend compte que l’amitié, l'amour et la solidarité sont les vraies valeurs de l’existence avant peut-être l'espoir et l'ultime lumière au bout du tunnel.

Cette histoire est un condensé de plus de 70 ans de littératures d'anticipation et de romans noirs. On aborde des thèmes comme les milices privées, les drogues, l'IA, le racisme et le suprématisme, la politique, la manipulation, les églises privées, les financements, les nanotechnologies, les héros au service d'une noble cause, et c'est en cela que ce gros gros pavé est un immense bouquin.

Biberonné à l'univers du grand King, Chuck Wendig égale le meilleur de Stephen King et dépasse le Maître avec ses Somnambules. Les personnages sont attachants et ont une sacrée destinée. Il est vrai que le nombre de pages permet à l’auteur de développer en profondeur ses héros, leurs interactions et leurs motivations. On tremble avec eux et au moment de refermer ce livre, on les quittera certainement avec les yeux humides.

Ce titre vient chatouiller en nous l'idée et le fol espoir d'un monde meilleur à venir après que nous l’avons bien mis à mal. On en parle souvent, mais Covid, Ebola, Vache folle ne sont pas des fictions et sont là pour nous rappeler que l'équilibre précaire pourrait vite déraper.

Cupides nous sommes, à un tel point qu'un jour peut-être l'humanité disparaîtra de notre faute, victime d'un virus, d'une bactérie, d'une manipulation dans un labo, ou d'une invasion venue de l'espace. Chuck Wendig nous alerte déjà et livre pèle mêle toutes les raisons de s'inquiéter. Cette fiction, je vous le rappelle sortie en 2019 parfaitement ficelée est crédible. C’est une Bible de réflexion puissance mille pour l'avenir, un avertissement ; mais n'est-il pas trop tard ?

Dans ce roman lourd (au sens propre et figuré), l'auteur multiplie les références et les clins d'oeil à la littérature et au cinéma, 2001 l'odyssée de l'espace avec « Hal », les Dix commandements avec Charlton Heston, Hannibal Lecter, Le Fléau, les films de Tim Burton, ceux de Sergio Léone. Je me suis dit que j'avais la même culture, les mêmes références que lui.

Ecrire une œuvre aboutie à ce point, qui nous rend accros pendant presque 1200 pages, un seul mot peut l’exprimer, LE TALENT !

C'est un coup de cœur évident pour whoozone.com, un voyage au paroxysme de la lecture, une révision très large de mon univers multiculturel depuis que je suis né. L'auteur masque bien son jeu et son scénario pendant longtemps, mais putain que c'est excellent !


Pour aller plus loin sur WHOOZONE.COM


Pour aller plus loin


.

29/08/2022
Retour
Commentaires
You must be logged in to post a comment

Derniers Articles

Pas de nom d'artiste de Thomas Cousin
Whooz : Thomas Cousin ON : Pas de nom d'artiste Confessions Pas de...
C'est pas facile by vice E roi
Whooz : vice E roi ON : C'est pas facile - L'enfer chez les autres...
J'aime Paris au mois de mai de Laura Anglade et Sam Kirmayer
Whooz : Laura Anglade & Sam Kirmayer ON : J'aime Paris au mois de...
Voir toute l'actualité des personnalités
publicité

Toutes les images contenues sur ce site sont la propriété de Whoozone. Reproduction Partielle ou Totale est interdite sauf Accord écrit.

Mentions Légales - Politique Vie Privée - Gestion des Cookies