Et le mal viendra de Jérôme Camut et Nathalie Hug

Et le mal viendra de Jérôme Camut et Nathalie Hug

Whooz : Jérôme Camut et Nathalie Hug
ON : Et le mal viendra – Fleuve Noir, 2019

Et le mal viendra
de Jérôme Camut et Nathalie Hug

Chronique de Bruno D                                                       

ENORME, IRRITANT, DERANGEANT, STUPEFIANT, REVOLTANT, TERRIFIANT, cet opus de près de 560 pages livré par Jérôme Camut et Nathalie Hug jette un pavé lourd et sanglant dans la mare de nos piètres certitudes et révèle à nos consciences inconscientes qu'il est grand temps d'agir !

Cette histoire qui se déroule entre 2016 et 2028 est tout simplement inqualifiable et essayer de la classer dans une catégorie comme un thriller ou autre me semble impossible. Visionnaires les Camhug le sont assurément. Avec leur mots précis et leur imagination sans faille au service de ce scénario, ils sont plus proches des philosophes éclairés avec ces réflexions profondes qui jalonnent le fond du bouquin que de la doctrine policière. Avec leur style bien à eux et leur regard juste, ils ne jugent pas, non non, ils couchent sur papier les maux de notre société occidentale et c'est vrai que là, il y a du boulot !

Du boulot pour dénoncer « ces vérités qui dérangent » à la manière d'un Al Gore, il y a déjà quelques années déjà, mais du boulot aussi pour associer au roman une réalité pragmatique et froide toute aussi dérangeante comme celle du Bataclan (13 novembre 2015) ou Nice (14 Juillet 2016). 

Du boulot avec un inlassable travail sur les 300 premières pages pour jeter des passerelles entre leur trilogie « W3 » et « Islanova ». J'imagine aisément leur habitation aux murs tapissés de petits papiers du sol au plafond pour regrouper les idées, écrire le scénario et tisser les liens entre les personnages, un travail monstrueux, je vous dis. Je les soupçonne même un peu au vu de cette très grosse mise en situation d'avoir eu un peu de mal à mettre tout cela en place, je l'ai ressenti à la lecture.

Oui, Mesdames et Messieurs, ce roman est certainement le plus ambitieux de notre couple d'auteurs. « W 3 » était une trilogie somptueuse façon « Star Wars », « Islanova » une bombe dégoupillée prête à exploser et posant les bases d'un futur incertain ; « Et le mal viendra », c'est tout simplement une remise à l'heure des pendules, une plongée en apnée dans notre monde qui s'autodétruit et un constat amer sur notre absence de réaction.

Les Camhug ouvrent un débat, un grand débat, bien mieux que celui dont on nous bassine à la télé ou sur les ondes actuellement. Ce débat c'est celui de l'essence même de la vie, de la direction que nous devrions prendre pour l'améliorer et partager ensemble plutôt que de s'accaparer dans une course à tombeau ouvert les quelques billets verts grassement accumulés. Que restera t il à acheter une fois que nous aurons calciné et pillé le globe terrestre dont nous ne sommes que les humbles locataires ?

Les pauvres sont déjà des victimes spoliés à mort, les classes moyennes s'enfoncent vers la pauvreté et les riches sont de plus en plus riches. Bien manger est réservé à une certaine élite qui se gave au sens propre et figuré, et ne veut surtout pas partager. Alors imaginez l'Afrique et et ses richesses à piller, peu importe que l'eau soit impropre à la consommation et tue chaque jour. Bien courante et considérée normale chez nous lorsque l'on tourne le robinet, elle est là-bas « le » combat précieux de chaque jour !

Avec ce recueil philosophique (si si , n'ayons pas peur des mots) écrit à quatre mains, vous serez époustouflés par la tournure des événements. Voir réapparaître des vieilles gloires de W3 est jouissif, en apprendre plus sur ces héros ou anti-héros est une gourmandise que je vous laisse découvrir. Mais quel talent pour jeter ces innombrables passerelles et relier les hommes et les faits entre ces différents romans. Bien des ombres seront levées sur la vie des uns et des autres au cours de cette lecture. Formidablement fait tout cela, mais recoller tous les morceaux demande quand même une certaine analyse et pas mal de recul.

Ce récit c'est surtout l'histoire de deux hommes, Morgan Scali et Julian Stark, leurs femmes, leurs enfants, leurs destins croisés ou volés. Une quête philosophique vers la recherche de la vérité, leur vérité ; des choix de vie, et des directions opposées. Mais qui est qui ? Qui est dans la bonne direction ? Ces notions sont-elles clairement définies ? Le bien ou le Mal, ou tout noir ou tout blanc, où se situe la frontière et le point de non-retour ? Les rôles sont-ils réellement bien fixés pour chacun ?

C'est un vaste voyage au cœur de l'Afrique « que l'on se prend dans la gueule » dès le départ, l'accès à l'eau, source de vie, préservation de la nature et des espèces, des plus grandes aux toutes petites : « ...du fait des agissements de l'homme....quatre-vingt-deux espèces par jour en moyenne disparaissaient » (p439) ; tout cela on le sait, mais on s'en fout !

Terrifiant par l'intrusion des GAFA dans notre vie et l'avènement de l'intelligence Artificielle(AI) sans que l'on semble s'en inquiéter plus que ça. Edgar Snowden assez récemment ou Tony Scott dans son film « Ennemi d'Etat » avaient pourtant mis en lumière les dangers de l' IA et cette volonté de collecter de plus en plus de données qui nous enchaîne chaque jour un peu plus. Ajoutez à cela la toute-puissance des firmes pharmaceutiques et les lobbys omnipuissants de l'armement, et vous aurez un état des lieux fort peu réjouissant. Les Camhug pointent ainsi une longue liste non exhaustive des menaces modernes qui mettent à mal nos plus profondes libertés et malmènent en sous-marin le peu d'humanité et d'espérance qu'il reste à notre espèce.

Alors que faire pour faire entendre sa voix, et rendre aux enfants africains qui « n'avaient plus une trace d'enfance au fond des yeux. Et guère plus d'humanité.. » ; oui, que faire pour que ces orphelins ne soient pas sacrifiés sous l'autel du profit ou d'autres causes plus obscures ?

Que faire pour faire changer notre  conception et notre vision du monde ? « Chacun à leur manière avaient tenté de changer le cours des choses : manifestations, fondation, construction, guerre aussi, jusqu'à ce que l'échec de Berrito leur fasse prendre conscience qu'il n'y avait pas d'autre solutions que celle de la violence pour ouvrir les yeux d'une humanité trop consumériste ». (p456).

La genèse d'un personnage comme Morgan Scali est ici explorée dans toute son épaisseur et la plaie béante, jamais refermée du Bataclan n'est pas étrangère à l'évolution du personnage. L'Armée des 12/10 est juste le bras salvateur, le moyen coercitif visant à se faire entendre, la partie immergée de l'iceberg. A force de ne pas être entendu, on en vient à des solutions extrêmes et on ne fait pas d'omelette sans casser d'oeufs,.....sauf que les œufs ici sont humains !

Comment peut-on passer de pacifiste à terroriste ? Un cheminement qui pose question. Question de point de vue, de ligne à franchir, volonté d'agir ou de se laisser broyer par un système à bout de souffle, submergé par les vagues de migrants assoiffés d'Europe et de soi-disant liberté qui est la marque de fabrique trompeuse de notre bon vieux continent.

Géopolitique, financier, philosophique, fourmillant de révélations et d'horreurs, cet ENORME roman de Jérôme Camut et Nathalie Hug, est un cri d'alarme venu du plus profond de leur plume, de leur cœur et de leurs tripes. Remettre nos âmes d'humains dépravés sur le bon chemin et comprendre enfin « qu 'il y a d'autres choses à entreprendre que de convoiter son futur smartphone, réserver ses vacances dans des pays pas chers où les autochtones crevaient de faim......Le monde était malade...mais trop peu avaient modifié leur comportement », c'est un peu tout ça ce formidable roman mais pas que...........

Jérôme Camut  et Nathalie Hug, je suis désolé, je n'ai pas lu votre livre en 24 heures et j'ai bien peur, hélas que « Le Mal continue à venir ». Une semaine pour le lire, deux à trois jours pour le digérer, et autant de temps pour écrire cette chronique qui me tenait particulièrement à cœur au vu de votre immense travail. Vous mériteriez le Nobel de l'écriture pour cette œuvre immense et vous mériteriez surtout d'avoir une aura et une diffusion en volumes de vente au niveau des meilleurs du top Ten France.

« Islanova » jetait les bases d'une évolution, d'une prise de conscience ; « Et le mal viendra » avec le « Manifeste pour la vie » de Morgan Scali est une révolution, presque une nouvelle constitution.

Respirons, gardons les yeux ouverts, il n'est peut-être pas trop tard pour comprendre et essayer de mener un peu plus loin l'aventure humaine bien que le bouton rouge vif de l'alarme soit activé et le décompte commencé ! 

 

Pour aller plus loin sur WHOOZONE.COM

Islanova de Jérôme Camut et Nathalie Hug

Pour aller plus loin

.

09/04/2019
Retour
Commentaires
Vous devez être connecté pour déposer un commentaire

Derniers Articles

Préliminaires d'Almée
Whooz : Almée ON : Préliminaires (on « Plonger...
Je ne touche plus by Boule
Whooz : Boule ON : Je ne touche plus Confiné/Déconfiné Je ne...
Feuille de route de Morgane et Jeff
Whooz : Morgane & Jeff ON : Feuille de route (on « Atlas...
Voir toute l'actualité des personnalités
publicité

Toutes les images contenues sur ce site sont la propriété de Whoozone. Reproduction Partielle ou Totale est interdite sauf Accord écrit.

Mentions Légales - Politique Vie Privée - Gestion des Cookies