Led de Caryl Férey

Led de Caryl Férey

Whooz : Caryl Férey
ON : Lëd - Les Arènes, 2021

Lëd de Caryl Férey

Chronique d'Eppy Fanny

L’histoire :

La Sibérie, un lieu dur pour l’homme. On comprend pourquoi des camps de « rééducation » y virent le jour à une époque où il ne fallait pas que le peuple soviétique pense trop fort. Époque révolue ?

Sous Poutine non plus il ne fait pas bon être différents, dans ses amours, dans ses choix de combats. La corruption est partout et les accidents vite arrivés.

Une ville, Norilsk, la plus au nord de la Sibérie. La plus polluée. Un sol trop gelé pour offrir des fondations aux constructions : les gostinka, foyers de travailleurs construits lorsque la ville a grandi, ne sont plus que des carcasses vides, hors exceptions, qui abritent encore ceux qui sont nés là et n’ont pas d’autres horizons.

Puis des barres d’immeubles, qui eux aussi présentent des failles de construction. Des logements minuscules. Un univers gris, enseveli sous la neige et la glace et balayé par les vents.

L’économie repose sur les mines de nickel-cuivre-palladium. Raison de la pollution titanesque.

Extrait page 31 :

« Cent mille hectares de toundra avaient disparu, brûlés par les pluies acides autour de la ville, dans la rue les gens se cachaient le visage ou se ruaient dans les entrées d’immeubles lorsqu’un nuage toxique surgissait on ne savait d’où. »

A une autre époque, pas si lointaine, Le goulag de Norillag a fourni de la main d’œuvre gratuite aux mines et aux emplois connexes.

Extrait partiel page 290 :

« Norillag … comptait près de soixante-dix mille prisonniers dans les années 1950… Les zeks de Norilsk étaient utilisés principalement dans les mines et les usines de transformation… Un empire bâti sur l’esclavage. »

Gleb et Nikkita sont mineurs. Ils vivent là. Au milieu de cet enfer sur terre.

Sur leur temps libre, l’un est photographe, l’autre poète. Ils s’aiment, mais doivent le cacher. Car l’homosexualité n‘est pas acceptée sur les terres rudes de Sibérie.

Un soir de tempête, alors que le vent fait s’envoler un toit voisin, envol immortalisé par le Canon de Gleb, un cadavre glisse au sol avec le morceau du toit. Gleb, Ada (appelle-moi « Dasha ») une voisine de toujours, et un chauffeur de taxi font la macabre découverte.

L’affaire est confiée à Boris, un flic arrivé à Norilsk car trop intègre. Une enquête précédente, alors qu’il était en poste à Irkoutsk, et qui impliquait du beau monde, dont son supérieur, lui a valu ce bannissement. Un point positif à cette punition : il a trouvé l’amour et une femme. Une fée au milieu de l’enfer. Une femme dont les poumons ne valent plus rien. Foutue pollution. Il doit trouver une solution pour la faire soigner, loin de cette ville où l’espérance de vie est aussi courte que la vue les soirs de tempêtes.

Avec l’aide de Léna, seule femme légiste du coin, Boris va tenter de découvrir les raisons de la mort et l’identité du cadavre.

Examens faits, avec les petits moyens à sa disposition, Léna est en mesure de confirmer qu’il s’agit d’un homicide. La date ? Avec des températures à -60°, impossible à déterminer. Pour l’identité mystère. Seule certitude il s’agit d’un Nenets*. Les vêtements du mort en témoignent.

Qu’est-ce qu’un éleveur de rennes est venu faire à Norilsk, et plus particulièrement sur un toit ? Et surtout, comment est-il arrivé là ? Pas de trace de moyen de transport !

Le flic, à qui tout le monde ment, va avoir du mal à progresser dans son enquête. Personne n’aime la police.

Gleb a son secret à préserver. Coûte que coûte.

Dasha est en quête de son identité. Sa grand-mère, dernier pilier de sa vie est morte récemment, sa mère morte aussi, depuis longtemps. Une famille de femmes. Puis il y a les soirées où elle pratique la pole dance. Elle la pudique, alors oublie tout.

Le chauffeur de taxi, Sakir, l’ancien soldat, lui le cul-noir, le basané, sait qu’il doit faire profil bas. Il a, pour seules compagnies, un magnifique chien, un alabaï tueur de loup, et ses fantasmes. Les seules choses qui le retiennent encore à la vie.

Sacha, le mari de la légiste, travaille lui aussi à la mine. La mine nourricière. La mine empoisonneuse… Il fait de la musique et pratique, pour se défouler, un sport de combat très viril. Il est ami avec Gleb et Nikkita. Lui qui aime tant à dire qu’il n’est pas un pédé.

Ils se connaissent tous, fréquentent les mêmes bars. Un microcosme uni.

Boris, pour avancer dans son enquête, va s’appuyer sur Gleb, ses photos, ses contacts chez les Nenets, son ex fiancée fervente écolo. C’est qu’il est tenace Boris. Puis il y a son beau-frère, Andreï, chef de la douane à l’aéroport. Lui est là depuis longtemps. Il peut l’aider.

Boris, qui attendait beaucoup de son entretien avec l’ex fiancée de Gleb, va constater son décès. Elle est là, le corps gelé dans une voiture. Elle, la fervente écologique, ne fera plus de tort au consortium minier pollueur. Elle semble avoir été violée. Et là encore, lors des interrogatoires de suspects, des mensonges. Suspects dont Sakir fait partie. Boris sait qu’il a récemment agressé Dasha. Tout l’accable…

Mais un coupable idéal ne fait pas forcément un coupable.

Les morceaux du puzzle vont se mettre en place petit à petit et conduire Boris jusqu’à la vérité. Le mal est profond, le mal est contagieux. Seule la mort peut en délivrer.

.

L'avis d'Eppy

Caryl nous offre, une fois de plus, un récit fort.

Il nous transporte dans un lieu où aucun être sensé ne voudrait vivre.

Il nous offre, comme toujours, des personnages attachants, brisés par la vie. Ici, ils survivent dans un environnement qui n’est pas fait pour l’homme. L’homme qui a rendu cet enfer encore plus invivable. Comme si le climat extrême de la Sibérie ne suffisait pas, la pollution est partout. Chaque bouffée respirée est du poison.

Nous découvrons les Nenets* qui tentent de vivre en préservant leurs traditions, alors que leurs terres attirent les spéculateurs. Les sous-sols sont si riches…

Caryl aborde également les horreurs de la guerre d’Afghanistan et l’histoire de la Russie, dont celle du goulag de Norillag.

Et la nostalgie fataliste de l’âme slave plane sur tout ce roman.

Du grand Caryl. A lire absolument.

.

Note : Les Nenets, sont un peuple nomade (un tiers seulement aujourd’hui) qui constitue la plus importante des 26 ethnies de la Sibérie. Leur activité traditionnelle est l’élevage de rennes qu’ils utilisent comme transport, comme moyen d’habillement, de nourriture, de campement.


Caryl Férey sur WHOOZONE.COM

Rencontre avec Caryl Férey autour de « Pourvu que ça brûle »


Pour aller plus loin


.

24/03/2022
Retour
Commentaires
You must be logged in to post a comment

Derniers Articles

La bande à Picsou par Captain Sparks & Royal Company
Whooz : Captain Sparks & Royal Company ON : La bande à...
Bouteille à la mer de Vilain Coeur
Whooz : Vilain Coeur ON : Bouteille à la mer - AG Group /...
C'est tous les jours de Brune
Whooz : Brune ON : C'est tous les jours (Vendetta...
Voir toute l'actualité des personnalités
publicité

Toutes les images contenues sur ce site sont la propriété de Whoozone. Reproduction Partielle ou Totale est interdite sauf Accord écrit.

Mentions Légales - Politique Vie Privée - Gestion des Cookies

Double-Y