La Terre en colère de Nils Barrellon

La Terre en colère de Nils Barrellon

Whooz : Nils Barrellon
ON : La Terre en colère – Jigal Polar, 2022

La Terre en colère
de Nils Barrellon


Chronique de Bruno Delaroque

C'est toujours un plaisir et un honneur de recevoir dès leurs sorties les nouvelles publications Jigal ! De superbes couvertures une fois de plus, beaucoup de noir, ce qui leur va à merveille et puis des noms bien connus. Maurice Gouiran qu'on ne présente plus, Maurice Attia, Sandrine Durochat, la petite nouvelle cette fois-ci et Nils Barrellon, un ami que j'ai plaisir à rencontrer quelquefois sur des salons.

Pour commencer le choix est toujours difficile, et c'est avec Nils que j'ai choisi de débuter mon exploration des nouveautés Jigal. Cette « Terre en colère » m'intrigue et au-delà cette superbe couverture m'interpelle. La quatrième de couverture semble indiquer une réflexion autour de l'urgence écologique autant qu'une vision de l'avenir.

2013, une action coup de poing dans un abattoir de volailles pour dénoncer la maltraitance animale, c'est ainsi que débute « La Terre en colère », le nouveau Nils Barrellon.

Puis en 2018, une scène improbable au niveau du Parc des Expositions, Paris, Porte de Versailles, périphérique bloqué, un homme se balance du haut d'un pont, pendu au bout d'une corde, à la vue de tous ! Le commissaire Bonfils repère un individu au comportement bizarre ; course poursuite façon Belmondo, puis KO technique lorsqu'il rencontre les poings de l'adversaire. Fin du premier round, c'est rapide, bien mené et on accroche tout de suite.

Le commissaire Bonfils et le groupe Da Silva sont chargés de l'affaire. On parle d'activisme, de véganisme, de pollution de déforestation, bref du poil à gratter pour ceux à qui il reste un peu de conscience ou de folie. Il ne s'agit pas de juger ou de prendre parti, mais ça existe et peut-être que l'on devrait y faire plus attention. Ce roman est écrit pour divertir au départ, mais finalement il s'accompagne d'un moment de réflexion et de questions existentielles que l'on est en droit de se poser. Loin d'être une espèce de manifeste, il fait réfléchir.

Le scénario comme l'enquête progresse et de recoupements en filatures, les premiers noms tombent et les premières arrestations tombent. C'est la première partie du roman où l'on pourrait dire qu'elle est assez classique...oui, mais… !

Alors que tout semble réglé, l'auteur en profite pour relancer la machine de plus belle. Jusqu'aux plus hautes du pouvoir on s'énerve et l'affaire prend une autre tournure, il va falloir rapidement des résultats.

L'auteur nous la joue quand-même grand humaniste préoccupé par le devenir de notre bonne vieille Terre. Ça peut faire sourire, mais pas tout le monde. Ceux qui sont sur une liste rendue publique et désignés comme pilleurs ou destructeurs de la planète, non, ceux-là, ne doivent pas rire du tout !

Finalement, c'est comme l'éolien ; on trouve ça bien…mais chez le voisin. Ce roman sans en avoir l'air traite de sujets d'actualité brûlants. On est tous d'accord, mais personne ne veut faire individuellement les efforts. Après tout, les voyages en avion polluent. Mais tant qu'il n'y avait que les fortunés qui les empruntaient, ça ne semblait pas déranger. Aujourd'hui, ceux qui prennent l'avion pour se rendre en vacances en Grèce, en Espagne ou en Turquie, sont de gros gueux de pollueurs !

Hé oui, c'est une partie du problème !

En tous cas cette deuxième partie du scénario est beaucoup plus musclée avec ces chasses à l'homme qui s'intensifie. On croise des truands habitués aux GAV(Garde à Vue) et on a des situations plutôt cocasses, argot des malfrats et foutage de gueule, ça sent le bon vieux polar des familles à la sauce écolo.

Il faut se méfier des apparences, car on ne sait jamais sur quoi peut déboucher ce « djihad vert », folie douce ou arbre qui cache la forêt. Je ne sais pas si Nils Barrellon est à 100% un humaniste écologique, mais il réussit à travers un roman divertissant à faire passer certains messages. C'est au final 264 pages très bien menées, après un magnifique « Vol AF 747 pour Tokyo » (Jigal polar, 2021). Il change de registre avec bonheur et nous livre un plaidoyer pour éviter de foncer dans le mur. Je valide à 100% avec plaisir !


Nils Barrellon sur WHOOZONE.COM (Chroniques de Bruno Delaroque)

2019 - Le Neutrino de Majorana

2021 - Vol AF 747 pour Tokyo

2022 - La Terre en colère


Pour aller plus loin


.

08/03/2022
Retour
Commentaires
You must be logged in to post a comment

Derniers Articles

L'édition 2022 du Touquet Music Beach Festival
Whooz : Touquet Music Beach Festival ON : Le Touquet Focus sur...
L'édition 2022 du Festival plein air de Douai
Whooz : Festival plein air ON : Douai Focus sur le Festival plein...
L'édidtion 2022 des Malins Plaisirs
Whooz : Les Malins Plaisirs ON : Montreuil sur Mer Focus sur...
Voir toute l'actualité des personnalités
publicité

Toutes les images contenues sur ce site sont la propriété de Whoozone. Reproduction Partielle ou Totale est interdite sauf Accord écrit.

Mentions Légales - Politique Vie Privée - Gestion des Cookies