Tout ce qui est sur terre doit périr de Michel Bussi

Tout ce qui est sur terre doit périr de Michel Bussi

Whooz : Michel Bussi
ON : Tout ce qui est sur terre doit périr - La dernière licorne - Presses De La Cité, Pocket, 2019

L'anomalie d'Ararat

Tout ce qui est sur terre doit périr de Michel Bussi

« C'est toujours pour expliquer l'inexplicable, et faire croire à l'incroyable, que les hommes inventent les plus belles histoires ». Michel Bussi, juillet 2019, à propos de « Tout ce qui est sur Terre doit périr ».

Chronique de François C

Initialement paru sous le titre « La Dernière Licorne » (ref) en 2017 sous le pseudonyme de Tobby Rolland, « Tout ce qui est sur Terre doit périr » est un roman né lorsque Michel Bussi avait 15 ans. Peut-on dire qu'il s'agisse là d'un de ses premiers écrits ? Opus alors composé sous l'influence de l'adaptation ciné de « L'Homme qui voulu être Roi » (1975) par John Huston de l'ouvrage de Rudyard Kipling. Le jeune écrivain formulait alors le projet de « mettre en scène un grand mystère légendaire de l'humanité » (travailler sur l'arche de Noé).Gageure réussi pour Michel Bussi. « Tout ce qui est sur Terre doit périr » met en effet en scène, et d'une fort belle manière, une histoire autour de « l'anomalie d'Ararat » (Le mont Ararat (5165 m) est un massif volcanique de la Turquie orientale (Arménie) où suivant la Bible, s'arrêta l'arche de Noé (Dictionnaire Larousse)), bâtie autour, aussi incroyable qu'ils soient, d'une base véridique de témoignages, de lieux ou encore d'énigmes scientifiques.

En choisissant de sortir « Tout ce qui est sur Terre doit périr » sous son vrai nom, Michel Bussi sort de la zone dans laquelle il évolue et excelle et ajoute du noir à sa palette d'auteur. Son opus de jeunesse est un livre d'aventure ésotérique qui mène son lectorat dans un grand voyage (initiatique) à travers le monde autour du mythe (mais est-ce un mythe ?) de l'arche de Noé avec à sa tête un certain Zak Ikabi, sorte d’Indiana Jones psychorigide, accompagné dans sa quête par Cécile Serval, une glaciologue « aussi érudite que volcanique », pour reprendre les propos de la quatrième de couverture. Notre duo aura, entre autre, fort à faire avec un certain Cortès et « les Nephilim », sorte de gardiens sanguinaires et sans scrupules du temple, avant de savoir si les licornes existent, ou plus précisément si la terre compte encore en son sein « la dernière licorne » (titre initial du livre).

Il faut sans doute prendre « Tout ce qui est sur Terre doit périr » pour ce qu'il est, une « belle histoire » - qui n’entretient aucune ambiguïté sur la nature humaine. L'histoire d'un homme qui voulu être Roi (Cortès, pour ne pas le citer), quel qu'en soit le prix à payer. L'histoire d'un duo qui a à cœur que la vérité soit révélée. Un écrit de jeunesse d'un auteur qui avait déjà le sens du récit efficace (ici au prix d'invraisemblances, mais n'est-ce pas la loi du genre ?)

Michel Bussi sur WHOOZONE.COM

Au soleil redouté

Chronique de François C

Le temps est assassin

Chronique de Bruno Delaroque

Pour aller plus loin
https://www.michel-bussi.fr/ses-livres



.

30/10/2020
Retour
Commentaires
Vous devez être connecté pour déposer un commentaire

Derniers Articles

Je m'en vais de Stéphanie Acquette
Whooz : Stéphanie Acquette ON : Diaporama – Sanctuaire...
To Love Somebody de Beyries
Whooz : Beyries ON : Encounter – Bonsound Aimer ... To Love Somebody de Beyries ...
Bateau d'Amoranno
Whooz : Amoranno ON : Bateau - Balandras Editions/Testicules Records Haute mère !...
Voir toute l'actualité des personnalités
publicité

Toutes les images contenues sur ce site sont la propriété de Whoozone. Reproduction Partielle ou Totale est interdite sauf Accord écrit.

Mentions Légales - Politique Vie Privée - Gestion des Cookies