Le cheptel de Céline Denjean

Le cheptel de Céline Denjean

Whooz : Céline Denjean
ON : Le Cheptel – Marabout Thriller, 2018 – Pocket, 2020

Le cheptel de Céline Denjean

Chronique de Bruno Delaroque

« Le Cheptel » commence avec une interrogation, un questionnement qui dérange, démange et vient remuer Louis Barthes, un notaire de 73 ans. C'est un sentiment profond comme celui de ne pas être celui que l'on a cru être toute sa vie.

Malaises et émotions sont renforcés par la superbe écriture de Céline Denjean. « La Fille de Kali » (voir mon retour sur Whoozone.com), m'avait fait découvrir une nouvelle et remarquable écrivaine tant sur le fond que sur la forme. Et puis, comme souvent, à cause d'une PAL pléthorique, j'étais passé à autre chose, d'autres lectures, souhaitant d'autres découvertes.

Il était temps pour moi de retrouver Céline avec ce gros pavé de 945 pages en poche, 650 je crois en grand format. Ce fut un grand plaisir. Écriture riche couplée à une façon particulière de raconter une histoire, on est vite accroché, et plus on s'enfonce au fil des pages de ce scénario, plus les zones d'ombre s'épaississent et plus vous aurez envie de continuer.

La grande Histoire de France et ses horreurs, une jeune femme comme sortie d'un autre temps, retrouvée morte abandonnée dans la nature, trafic d’êtres humains ; doucement l'intrigue prend forme et en un peu plus de 100 pages, on devine que Céline Denjean va nous surprendre.

Comme prévu, lorsque la romancière vous choppe, vous êtes cuits et vous ne pourrez quasiment plus lâcher votre lecture. Elle va d'une action à l'autre, d'un mystère à un autre, sème ici et là quelques twists qui vous invitent à aller plus loin. Chapitres courts et adaptés au rythme qu'elle veut imposer, c'est elle qui donne le tempo.

Pour son deuxième roman Céline Denjean mène parfaitement l'affaire. On connaît tous la difficulté de confirmer au deuxième roman. Ici, on ne se pose pas longtemps la question parce que je vous le garantis, vous allez tourner les pages à une cadence effrénée. Cette auteure qui est toute gentille lorsque vous la rencontrez est toute simplement diabolique.

Des fils à Papa bien sous tous rapports, en réalité des ordures déjantées à qui la puissance de l’argent donne tous les droits, un avocat véreux et antipathique au sommet de son art, un vieil homme en quête de son histoire, une communauté effrayante autant que discrète, c’est ce que nous propose l’auteur ; avec en prime le retour d’Eloïse Bouquet, enquêtrice hors pair que l’on est très content de retrouver.

« Le cheptel » touche à la fois ce que nous avons de plus précieux et de plus abject. L’humanité et la main tendue de gens dévoués, prêts à tout pour aider son prochain en périodes sombres pour le coté précieux. Les déviances et le mal incarné par une poignée d’individus qui sauront toujours se servir de la pire des façons parce que l’idéologie ou le fric leur offre cette possibilité obscène.

Humanité contre Perversion, ainsi va la vie depuis toujours !

Manipulation et Savoir sont également au centre de cet opus, l’un ne va pas sans l’autre. L’éducation, l’apprentissage et l’accès à la culture, permettent d’éviter l’obscurantisme. C’est un sujet plus que jamais d’actualité de nos jours. Ce Cheptel, aussi glaçant qu’il soit est un plaidoyer pour l’accès à la vérité et à l’éveil des consciences.

En même temps, cette utopie est-elle plus blâmable que cette société d’hyper consommation dans laquelle nous naissons, vivons…et mourront ?

Ce Cheptel, prix du meilleur roman francophone de Cognac est une aventure passionnante qui se dévore très rapidement. Aux scènes d’actions haletantes de la fin du roman vient se greffer une ambiance inquiétante digne des films de M Night Shyamalan ou des romans de Stephen King.

Cette deuxième lecture de Céline Denjean fut un régal, et je suis heureux de posséder les autres écrits de cette romancière. C’est bien évidemment un coup de cœur pour Whoozone, et je dois bien vous avouer que Céline Denjean me fait de plus en plus penser à un Franck Thilliez en jupon. Je lui souhaite la même carrière.


Céline Denjean sur WHOOZONE.COM

La fille de Kalli (Chronique de Bruno Delaroque)

La 12ème édition du Salon de Templemars



Pour aller plus loin


.

24/08/2021
Retour
Commentaires
Vous devez être connecté pour déposer un commentaire

Derniers Articles

To Love Somebody de Beyries
Whooz : Beyries ON : Encounter – Bonsound Aimer ... To Love Somebody de Beyries ...
Bateau d'Amoranno
Whooz : Amoranno ON : Bateau - Balandras Editions/Testicules Records Haute mère !...
Première ligne de Kerredine Soltani
Whooz : Kerredine Soltani ON : Première ligne (Disponible en...
Voir toute l'actualité des personnalités
publicité

Toutes les images contenues sur ce site sont la propriété de Whoozone. Reproduction Partielle ou Totale est interdite sauf Accord écrit.

Mentions Légales - Politique Vie Privée - Gestion des Cookies