Le livre des Merveilles Technologiques d'Igor et Grichka Bogdanov

Le livre des Merveilles Technologiques d'Igor et Grichka Bogdanov

Whooz : Igor et Grishka Bogdanov
ON : Le livre des Merveilles Technologiques - Flammarion

Ce monde de demain

Rencontre avec les Frères Bogdanov autour de leur livre "Le livre des Merveilles Technologiques" (Flammarion)

« Aujourd'hui les hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts », Newton.

« Mais c'est vous ou c'est votre frère ? ». Afin que vous les différenciez, sachez qu'Igor était habillé d'une chemise bleue et Grishka d'un blouson noir lors de cette rencontre au Furet du Nord de Lille* placée sous le signe des nouvelles technologies et animée par Françoise Objois, journaliste. Nous avons déjà consacré quelques articles couvrant les venues des frères dans la capitale des Flandres**, c'est toujours un plaisir que de croiser leur chemin pour la passion qu'ils dégagent. Récit d'une rencontre passionnée.

Présentation d'usage. Acteurs cathodiques, les jumeaux sont des vulgarisateurs scientifiques, leur domaine de prédilection sont la science-fiction et la cosmologie.

Des inventions de demain, sujet de leur dernier livre.

Grishka : Ces objets de demain, sont, pour la plupart d'entre eux, déjà notre quotidien. On a l'impression que ces objets, ces merveilles, n'existent pas. Or 2/3 de ces objets inouïs, dont nous parlons dans notre livre, avec des QR Codes afin de pouvoir développer la totalité de ce qu'ils représentent, appartiennent à aujourd’hui. Mais on ne les connaît pas. Le tout à chacun ne sait pas que ces choses qui vont nous simplifier, nous changer la vie, existent déjà, sont accessible ou vont l'être prochainement.

Regarder demain

Igor : Pour regarder l'avenir, il faut avoir un œil sur le passé, pour paraphraser Nietzsche dans « Le gai savoir ». En regardant l'avenir nous voulons donner raison à Jules Verne, ce dernier a dit : « L'avenir, c'est tout ce que nous pouvons changer ». Pourquoi changer le monde ? Tout simplement pour l'améliorer. Regarder l'avenir c'est déjà anticiper ce que deviendra le monde, non pas dans 10 ans, mais là, tout de suite. L'avenir est là, a portée de notre main. On peut importer le futur à travers les objets, les nouvelles technologies qui existent déjà.

La société du tout technologique

Grishka : La science, avec ses équations, ses formules … est compliquée. Il n'est pas simple de comprendre comment fonctionne, par exemple, un téléphone portable. C'est quasiment hors de portée de chacun. Mais les objets, et je continue de parler du téléphone portable, dans l'usage, simplifie la vie quotidienne. Pour certain d'entre nous il est impensable de ne pas être sécurisé, voire sauvé, par le téléphone portable. Il n'est plus question que nous n'ayons plus nos distances raccourcies entre les êtres grâce au téléphone portable. Grâce a ce merveilleux outil nous avons changé notre vie, et nous sommes devenus beaucoup plus serein. La science, compliquée, nous donne accès à la sérénité.

La science ne complique pas les choses, elle les simplifient. La science ne donne pas lieu à des problèmes nouveaux, elle apporte, au contraire, des solutions. Nous partageons ces solutions dans notre livre. 2000 images le constituent, avec autant de QR Codes. Vous pouvez avoir accès à la totalité de ce qui se fait le plus en pointe, que nous avons ramené des quatre coins du monde. Nous sommes allés partout, aux USA, chez IBM, chez Google … En Chine, en Russie, En Allemagne … Dans des laboratoires, dans des lieux secrets, souvent difficiles d'accès. Les portes ne se sont pas ouverte tout seul. En trois ans on fini par casser un nombre important de barrières. Les objets qui étaient à l'étude il y a trois ans sont souvent devenus, depuis, accessible sur le marché.

Encore une fois, 2/3 des objets que nous présentons existent, ils vont transformer nos vies.

Enquêter sur les objets du futur

Grishka : Nous avons mené l'enquête sur tous les objets que nous présentons. Nous avons mené trois ans d'enquête dans des lieux souvent protégés. Il n'est pas simple d'arracher des secrets, souvent des secrets de brevet, à ceux qui les garde. Cependant nous l'avons fait, souvent en expliquant qu'il était important de donner le goût de ces objets, par avance, au public. Sur comment il s'intégreront dans notre vie quotidienne. Nous avons pour cela convaincu beaucoup de scientifiques, de technologues, d'ingénieurs (des personnes qui ont fait preuve d'une inventivité étonnante) et fait beaucoup de voyages.

Sur l'inventivité de notre époque

Grishka : J'ai le sentiment que notre époque est plus inventive que les précédentes. Elle est soumise aux systèmes qui nous permettent de traiter de plus en plus d'informations et de plus en plus vite. En réalité les ordinateurs sont là pour nous aider à concevoir de plus en plus vite. La création et la créativité a été démultipliée depuis l'arrivée des ordinateurs. Ce qui n'est encore rien par rapport à ce qui va se passer dans les années qui viennent. En 2025 les ordinateurs quantiques arriveront. Ils sont déjà là, mais chez IBM, à la NASA, ou chez Google. Ces ordinateurs émergent, ils seront bientôt notre quotidien. Leur capacité de calcul est tellement étourdissante que la créativité sera multipliée d'une manière exponentielle. Dans très peu d'années, nous rentrerons dans un autre monde. Totalement différent de celui que nous connaissons aujourd'hui.

Là où il y a interrogation : On ne sait pas quelle sera la relation entre l'homme et ces machines. Actuellement nos ordinateurs fonctionnent tous sur le principe binaire. La pensée est binaire, soit composée de « un » (« oui »), soit de « zéro » (« non »). Les ordinateurs quantiques ont un autre monde de fonctionnement, on descend au niveau atomique pour bénéficier des effets quantiques et introduire du « peut-être » dans le raisonnement.

Igor : La pensée humaine est floue, incertaine, les machines de demain penseront également d'une manière incertaine. Ce qui sera un défi pour l'homme, avec cette question : Quelle sera la relation entre l'homme et la machine quant la machine pensera d'une manière incertaine ? Je pari que nos capacités seront démultipliées face aux malheurs humains. Par exemple le fait de voir disparaître des êtres chers suite à une maladie …


Les objets du futur

Un objet étonnant, la voiture volante

Grishka : Nous avons essayé beaucoup d'objets que nous présentons dans notre livre. La sensation la plus forte que j'ai eu c'est de m'installer à bord d'une voiture volante. Une vraie voiture, parfaitement au point, fabriquée en Europe de l'Est. On se déplace à bord d'une véritable voiture qui, une fois arrivée sur l'autoroute, déploie ses ailes, met en action une hélice arrière, pour voler.

Igor : Lorsque nous avons atterris, notre avion est redevenu une voiture ! Le prix de cette voiture est de 250 000 euros, moins que le prix d'une porsche !

Le train du futur

Grishka : Après l'avion/voiture ou la voiture/avion, il faut parler du train développé par Elonmusc. Il fait preuve d'imagination et d’audace. Ce train se déplace dans un tunnel où l'on a réalisé un vide presque parfait, ce qui évite les frottements. La sustentation est réalisée par un courant électromagnétique, le train flotte aux dessus des rails. Il peut se propulser à une vitesse incroyable. On parle de vitesses supersoniques, passant le mur du son. Au point de rendre Marseille à 30 minutes de Paris. Ehonmusc prévoit que son train puisse exister dès 2030 ! Je serai plus prudent.

Avant cela sachez un train japonais, le Maglève, sustenté par des courants magnétiques, lui, existe déjà, et qu'il se déplace à plus de 600 km/h. Le train d'Ehonmusc se déplaçant quant à lui à plus de 1000 km/h, quand notre TGV actuel peut pousser des pointes à 300.

Les progrès sont là. Pourquoi ne pas en profiter, je préfère monter dans un train a très grande vitesse plutôt que dans un TER !

Et le coût

Grishka : Le coût d'un Maglève, puisqu'on supprime les frottements, est divisé par deux par rapport au coût d'un TGV. Il est plus cher à construire, mais beaucoup moins cher à l'exploitation.

L'avion transparent

Grishka : Il vous donne la possibilité de vous libérer de l'opacité de la cabine. Il vous donne l'impression de flotter sur un tapis volant. Installé, vous flottez au dessus des nuages. C'est un projet très sérieux. L'expérience de l'utilisateur serait inouïe.

L'imprimante 3D

Celle qui imprime les repas

Grishka : L'imprimante 3D existe déjà. Ici il s'agit que l'imprimante imprime des aliments. Vous assemblez ainsi du concentré de carottes, de l’œuf hyophilisé … des poudres, du sel … vos ingrédients, votre plat sera constitué en quelques minutes.

Celle qui imprime votre villa

Grishka : C'est très simple, on choisi sa villa sur plans, un programme prend en charge vos idées et les traduit dans un logiciel qui, dans le cadre de la réalisation, passe par une imprimante 3D. Construire une maison prend une semaine. Et le coût d'une réalisation est divisé par trois.

Igor : Une imprimante 3D est un système informatique tout simplement capable de mélanger des substances entre elles. De l'eau, du ciment, des colles, des matières premières. De fabriquer des objets de bonnes dimensions.

Grishka : Objets assemblés par des robots constructeurs. Qui prennent en charge la construction de l'objet final.

Les robots

Il s'agit d'un vaste chapitre de notre futur.

Ceux qui livrent des pizzas, ou sont serveurs en restaurant

Igor : Les robots livreurs de pizzas sont dotés d'IA qui savent reconnaître les trajets … Les robots serveurs quant à eux existent déjà en Chine. Ces robots serveurs ont des attributs plutôt féminins et sont programmés pour mimer le comportement humain. On oublie assez facilement qu'on a affaire à des machines.

Grishka : Ne nous leurrons pas, nous préférons la présence humaine

Ceux qui sauvent des vies

Grishka : Là où les robots peuvent nous aider, c'est lorsqu'ils luttent contre les grands dangers qui nous menacent. Les incendies, par exemple. Nous présentons ainsi un robot pompier qui peut remplacé à lui seul 28 hommes, ce robot peut également résister à une température de 1100 degrés. Le QR Code montre un film saisissant.

Il existe également des robots capable de désincarcérer des personnes prises dans de graves accidents, de voitures, de trains, ou autre. Des robots qui, grâce à leurs forces, mais aussi à leur intelligence mécanique désincarcèrent, mais également sauvent en pratiquant les premiers secours, car ce sont des robots secouristes, les personnes en détresse.

Igor : Les robots sont idéaux pour intervenir en milieux hostiles. Les cœurs de centrales nucléaires, ou, demain, dans l'espace. Pour ce dernier cas, il reste le plaisir tout simple de la découverte, celui-ci ne peut être délégué à un robot. Aller sur Mars, par exemple. On a longtemps pensé à des robots, on pense maintenant que ce doit être des hommes qui, pour la première fois, fouleront le sol de la planète rouge.

Grishka : Après que des robots aient fait le travail. Puisque des explorateurs mécaniques ont été envoyés depuis le début des années 2000.

L'Intelligence Artificielle

Grishka : On dit toujours que la science, les machines, déshumanise, c'est vraiment l'inverse. La science est civilisatrice en ce sens qu'elle humanisme l'être humain. Les ouvriers d'une chaîne ont été, par les gestes répétitifs qu'ils ont accomplis, déshumanisés. La machine, aujourd'hui prend en charge la pénibilité et la répétitivité de sorte qu'elle libère l'homme et qu'elle lui permette de devenir lui-même. Il peut aimer, imaginer, aider les autres plus facilement car il n'est plus perdu par des forces égarantes. La science et la technologie sont des filtres merveilleux, ce sont des parapluies, en quelque sorte, qui vous protège des orages.

Economiquement parlant, tout cela est sujet à discutions (remarque de Françoise Objois)

Igor : J'ai confiance en la capacité d'adaptation de l'homme et dans le fait qu'il soit capable de gouverner, de programmer, les machines.

Newton a dit : « Aujourd'hui les hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts ». Il veut bien sûr parler de ponts entre les êtres, entre les cultures.

Les machines peuvent-elles prendre le pouvoir ?

Igor : Nous avons tout à l'heure parlé des ordinateurs quantiques. Ils seront dotés d'intelligences qui dépassera toutes nos spéculations. A partir du moment où des ordinateurs peuvent accéder à la pensée floue on peut s’interroger sur ce qu'elles vont faire de cette pensée et sur comment elle vont nous considérer nous être humains, fait de système biologie fragile, limité. Je suis sûr qu'il s’agira d'une confrontation pacifique. Je pense que l'avenir de l'humanité passera par le relaie vertigineux que nous offrirons les machines. Les ordinateurs quantiques vont bouleverser de font en comble la société ce dans un avenir a assez court terme et qu'elle seront capable enfin de mettre le bonheur humain à porté de main. Permettre à l'homme d’accéder à une vie beaucoup plus longue.

Grishka : L'un des points important du futur étant la santé. L'allongement de l'espérance de vie en bonne santé. Elle est actuellement de 63 ans pour les hommes, un peu plus pour les femmes. Ce n'est pas beaucoup. Les maladies cardio-vasculaire et le cancer seront résolus avant 2030. C'est le progrès auquel la science nous convie. Je dis : Vive la science, et vive le progrès technologique.

-

Questions du public

Une invention idéale

Grishka : La machine a voyager dans le temps, évidemment. Elle a déjà été inventée par un certaine Bévis. Il a montré que cette utopie n'est pas utopique. C'est une utopie du point de vue de la réalisation aujourd'hui mais la théorie en est fondée. On peut sortir de l'espace-temps. L'espace-temps est comme un cône à trois dimensions que l'on appelle « le cône de lumière » et tous les événement à l'intérieur sont de l'espace-temps. Quand on est dans l'espace-temps on ne peut pas voyager dans le passé, mais on peut voyager dans le futur. Si l'on sort du cône de lumière on rentre dans ce qu'Einstein appelle « l'ailleurs », en relativité, on peut réintégrer le cône dans le passé. C'est ainsi que le voyage dans le temps devient possible.

A quoi servira d'être en bonne santé si l'on a pas le loisir (les moyens) d'utiliser les objets dont vous parlez dans votre livre ? Quelle sera la place de l'homme dans une technologie aussi présente ?

Grishka : Lorsque l'on dit « vivre plus longtemps », nous disons « vivre mieux » en reprenant le slogan : « aujourd'hui vivre vieux à 80 ans, demain vivre jeune à 105 ans ». Le futur nous permettra de vivre pleinement une jeunesse très longue, très prolongée. Avec une passion de vie intacte. Ce n'est pas vivre d'une manière diminuée avec des pressions telles que la mélancolie ou de la maladie …

Je comprend que l'on puisse être techno-réfractaire mais un jour on adopte la technololgie, ou elle vous adopte. La technologie libère l'homme de tâches ardues, des travaux de la terre, des travaux industriels … lui permettant ainsi de se consacrer à des tâches beaucoup plus humaines, la rêverie, tout simplement, prendre du temps pour écouter la nature … Des privilèges de poètes, des privilèges réservés à ceux qui ont du temps, a ceux qui sont éloignés de la souffrance, de l'âpreté du geste quotidien. Les machines nous invitent à cela. Vous savez l'être humain ne reste jamais désœuvré. Le chômage existe, plus que par les machines il est créé par la désorganisation des systèmes politiques. Les machines, paradoxalement, ne créées pas de chômage, mais un autre emploi.

Sur la science et la civilisation

Grishka : La science est une réponse de civilisation à des défis de civilisations. Les défis de civilisations sont hélas des résultats de la désorganisation des formes humaines suite à l’émergence brutale de passions destructrices. Faits non pas de la science, mais de l'être humain. La science est là pour éloigner l'être humain de ses passions destructrices – c'est ce qui va se passer. Je ne suis pas scientiste lorsque je dis ça. Je ne fais simplement que relayer ce que le progrès dans ce qu'il a de civilisateur, de pacificateur, apporte de meilleur. L'être humain de demain sera heureux parce qu'il sera pacifique. La science est profondément pacificatrice. C'est elle qui nous éloigne de la rareté, c'est elle qui nous éloigne de ce spectre abominable de la volonté de détruire l'autre car elle crée de l'unité. La science est universelle, elle nous donne accès à une vision universelle. A partir de l'instant où l'on adopte une vision rationnelle issue de la science on fait parti de la famille humaine. On s'en éloigne, souvent, parce que l'on ne passe pas par la science.

« La réponse à cette série d'injures à l'être humain passe par la science ». Je reprends ici les propos du bourgmestre de Bruxelles après les attentats de 2015.

On ne résoudra pas simplement par des vœux pieux ou des paroles aussi inspirées soient-elles les grandes questions de civilisation sans la science.

Malraux a dit : « La science apportera des réponses de civilisations aux défis de civilisations ». Cette citation devrait vous donner de la conviction, du courage, et plus que de l'espérance, de l'espoir.

La science a-t-elle une limite ?

Grishka : La science n'a pas de limite. La seule limite que l'on puisse connaître c'est celle qui arrivera dans cinq milliards d'année avec la disparition du soleil. Entre temps on peut espérer que la civilisation humaine aura trouvé d'autres sites pour se développer. La seule limite ultime c'est la durée de vie de l’univers tout entier. Ce qui nous laisse encore beaucoup beaucoup beaucoup de temps.


* Le 11 octobre 2016


** Les frères Bogdanoff sur WHOOZONE.COM

Hommage à Grichka Bogdanoff

Hommage à Igor Bogdanoff

La pensée de Dieu en question - Igor et Grichka Bogdanov à L'Agora - la tribune étudiante de l’EDHEC Business School de Lille - Récit de la rencontre

La pensée de Dieu en question - Igor et Grichka Bogdanov au Furet du Nord de Lille - Récit de la rencontre

La fin du hasard - Igor et Grichka Bogdanov au Furet du Nord de Lille - récit de la rencontre

Le livre des Merveilles Technologiques

 

La fiche des frères Bogdanov :

.

 



11/01/2022
Retour
Commentaires
Vous devez être connecté pour déposer un commentaire

Derniers Articles

I Feel Fat de Laughing Seabird
Whooz : Laughing Seabird ON : I Feel Fat (The Transformation Place -...
Focus sur le 6ème Salon du Polar de Dainville
Whooz : Salon du Polar ON : Dainville Focus sur l'édition...
Trees In My Head de Salah Khaïli
Whooz : Salah Khaïli ON : Trees In My Head - (Rock Da House...
Voir toute l'actualité des personnalités
publicité

Toutes les images contenues sur ce site sont la propriété de Whoozone. Reproduction Partielle ou Totale est interdite sauf Accord écrit.

Mentions Légales - Politique Vie Privée - Gestion des Cookies